Auteur Sujet: Kendo [modification terminée]  (Lu 25684 fois)

Hors ligne Mathieu

  • Oeuf de dragon
  • *
  • Messages: 25
  • Sagesse: 3
  • Sexe: Homme
Kendo [modification terminée]
« le: juillet 22, 2009, 21:02:41 pm »
Bonjour!

Et oui, comme évoqué dans ma présentation, je viens préciser le wiki de ma discipline.

Comme la colaboration est prévue par ce forum, voici mes proposition :

Pour le kendo :
- je propose la correction d'une erreur courante : le kiai n'est pas un cri supposé faire peur à l'adversaire ou le déstabiliser. C'est un cri lié au ki, disons l'énergie, et à la respiration. Le kiai est l'aspect visible du ki. On pousse d'abord un kiai préparatoire, qui concentre l'énergie, et concentre l'air dans le bas ventre par compression du diaphragme.
Puis on pousse au moment de la coupe un kiai, en expulsant l'air comprimé dans le bas ventre et en expulsant l'énergie vers la pointe du sabre et par la même occasion en prononçant généralement le terme de la coupe (men, kote ou do) exprimant par là-même l'unité entre l'énergie, la volonté et la réalisation.

- je propose aussi de préciser la notion de "point". (Elle permet de mieux comprendre l'intérêt de ma première proposition). A la différence de certain "point" des art martiaux japonais (le judo par exemple), il n'y a qu'un seul "point" en kendo : le ippon. Il y a point, ou il n'y a rien, seul une action accomplie pleinement dans sa totalité est valable.
Un point en kendo s'exprime dans la notion de ki ken tai, ki, l'énergie, ken, le sabre, et tai le corps. Ainsi pour obtenir un point, il faut que la bonne partie du shinai arrive sur la bonne partie de l'armure, avec le ki exprimé au travers du kiai, et l'engagement du corps dans la coupe, tout en même temps.

- Enfin un des points commun à tous les arts martiaux japonais, c'est qu'ils sont basés sur le travail du hara. Toute la puissance, la vitesse, l'énergie, viens des hanches, du bas ventre, des muscles pelviens et des zones avoisinantes. Physiquement et énergétiquement, c'est un point essentiel, si ce n'est le point principal de tous les arts martiaux japonais.

En appartée, au delà des caractéristiques physiques, la notion de voie qui différencie les "do" des "jutsu" dans les arts martiaux japonais n'est pas si différente des notions de voie qui existent dans les divers art martiaux de par le monde. Du moment que le but n'est plus de vaincre un ennemi, mais de travailler sur soi et d'être bienveillant envers son entourage, les notions se recoupent et se ressemblent.

(d'où mon attirance pour le viet vo dao, qui se touve être au plus proche à Lyon, donc un peu loin pour un engagement sincère... :'()
« Modifié: février 07, 2010, 11:22:16 am par Webmestre »

Webmartial - Forum : arts martiaux, sports de combat, mma, free fight, combat libre

Kendo [modification terminée]
« le: juillet 22, 2009, 21:02:41 pm »
Boutique de Webmartial
Équipements d'arts martiaux / sports de combat en direct de Chine

Méga-promo sur les grosses commandes ! -15% pour tout achat supérieur à 300 euros ! Cliquez ici pour en profiter !
* Jusqu'au 22 janvier

Hors ligne Webmestre

  • Administrateur
  • Dragon Sorcier des ténèbres
  • *
  • Messages: 2507
  • Sagesse: 83
  • Sexe: Homme
  • Tom Sayers contre John Camel Heenan (1860)
    • Webmartial.com
Re : précision du wiki kendo (modification en cours)
« Réponse #1 le: juillet 23, 2009, 10:05:48 am »
Salut Mugen,

Merci pour tes informations. Voici donc le lien vers l'article sur le Kendo que nous allons modifier :
http://www.webmartial.com/kendo.htm

Voici son contenu qui va être modifié dans ce message :

Citer


"Voie du sabre"

Présentation

Art martial du maniement du sabre (ken), ou katana. Il se pratique aujourd'hui avec un shinai (sabre en bambou), les combattants portent des protections. Le sabre mesure 1,20 m de long. L'armure (bogu) se compose d'une protection faciale (men), du plastron (do), de gants épais (kote), d'une protection des hanches et du bas-ventre (tare). Le kendoka porte sous l'armure un "hakama" (jupe pantalon plissée traditionelle) qui dissimule les pieds.


Historique

La première mention de l'art du sabre au Japon date de 789. Le kendo était autrefois appelé ken-jutsu, ken-no-michi et gekken à l'époque Meiji (1868-1912). Cette discipline était déjà utilisé par les guerriers japonais (bushi) depuis longtemps lorsque les samurai le découvrèrent au XIIIe siècle. Le ken-jutsu, interdit en 1876, fut transformé en sport (kendo) par Sakakibara Kenkichi (1830-1894), lorsque les samurai n'eurent plus le droit de porter le sabre. La première académie de kendo fut fondée à Tokyo en 1909. Au XXe siècle, le kendo connut un essor très rapide en Angleterre, puis dans toute l'Europe. Les premiers Championnats du monde eurent lieu en 1970. Cet art martial est aujourd'hui placé sous l'autorité de l'International Kendo Federation. Au Japon, les pratiquants sont plus de deux millions. Les licenciés sont également nombreux aux États-Unis, en Europe, au Brésil, en Argentine, à Taiwan, en Corée, aux Philippines et en Australie. La France compte quelques milliers de licenciés.

Philosophie

Le but du kendo va bien au-delà de la maîtrise du sabre : il vise à procurer force de caractère, équilibre entre le corps et l'esprit, l'harmonie de l'esprit sain dans un corps sain.



Techniques

Les principales techniques d'attaque sont les suivantes :
- coup vertical en direction du front (o-shomen)
- coup oblique en direction de la tempe gauche (hidari-men)
- coup oblique en direction de la tempe droite (migi-men)
- coup descendant sur le côté droit du plastron (migi-do)
- coup descendant sur le côté gauche du plastron (gyaku-do)
- coup sur le poignet droit (kote)
- coup sur le poignet gauche (hidari-kote)
- coup d'estoc à la gorge (tsuki) : cette dernière attaque ne s’effectue pas en coupant mais en piquant. Utilisée en combat, cette technique plus agressive est un signe de défi et incite généralement l’adversaire qui en fait les frais à plus d’engagement encore.

Les déplacements :

- ayumi ashi : marche normale
- okuri ashi : déplacement du 1er pied dans la direction où l’on va
- tsugi ashi : déplacement du 2e pied au niveau du 1er puis okuri ashi
- hiraki ashi : déplacement entre 30° et 45° par rapport à l’axe de l’adversaire
- suri ashi : pieds glissant au sol
- tobi komi : venir en frappant du pied

Les distances :

- too ma : grande distance
- ni soku ittoo no ma : intervalle de 2 pas 1 sabre
- issoku ittoo no ma : intervalle de 1 pas 1 sabre
- chika ma : courte distance
- tsuba zeriai : garde contre garde
- kamae : en garde

Les gardes :

- chudan no kamae : garde moyenne
- seigan no kamae : garde moyenne mais pointe dirigée vers l’œil gauche
- joodan no kamae : garde haute
- gedan no kamae : garde basse
- hassho no kamae : sabre 45° en arrière tsuba (garde) à hauteur de la bouche
- waki no kamae : garde de côté 45° vers le bas tranchant incliné
- in no kamae : variante ressemblant à hassho
- yoo no kamae : variante autre côté, yo = positif, in = négatif

Suburi – Les exercices de frappes :

- jooge buri : de haut en bas
- naname buri : de haut en bas mais en oblique
- zenshin kotai shomen uchi : frapper shomen en avançant puis en reculant
- zenshin men : armer en reculant et shomen en avaçant
- haya suburi : idem, mais suburi rapide, préparation aux oji waza ###lien vers l'emplacement oji waza###

Les frappes :

- shomen uchi : frappe du shomen (de face)
- yoko men uchi : côté latéral de la tête (tempe)
- sayu men chi : frappe d’abord tempe gauche puis la droite
- kote uchi : frappe au poignet
- doo uchi : frappe du tronc
- tsuki : frappe de pointe au nodo (gorge) ou mune (poitrine).
Un coup n’est valable en kendo que lorsque le combattant exécute la frappe avec détermination, une posture adéquate, la partie tranchante de son shinaï (datotsu-bu) correctement orientée sur une cible valable (datotsu-bui) de l’adversaire, et vigilance après la frappe (zanshin).

Les actions :

- seme : attaquer en pénétrant (du verbe semeru)
- hike : reculer (du verbe hiku)
- hiki waza : technique en reculant
- shikake waza : technique où l’on prend l’initiative
- oji waza : technique en réponse à une attaque
- debana waza : technique exécutée dans l’intention d’attaquer
- harai waza : technique où l’on chasse l’arme de l’axe de bas en haut par un mouvement en ellipse
- hari waza : chasser en frappant latéralement l’arme de l’adversaire
- osaete waza : technique où l’on appuie légèrement sur le sabre de l’adversaire
- uchi otoshi waza : technique où l’on frappe le sabre adverse de haut en bas
Toutes les techniques où l’on prend l’initiative peuvent être exécutées en omote (à l’endroit, flanc gauche du sabre) ou en ura (à l’envers, flanc droit du sabre).

Oji waza – Les réponses à une attaque :
- nuki waza : technique d’évasion, d’esquive
- suri age waza : technique en « glissant, soulevant » comparable à harai waza
- kaeshi waza : technique où l’on retourne l’action

Le kikentai

Une coupe est considérée comme valable lorsque elle répond aux conditions de "kikentai no uchi" (ou kikentai ichi), soit l'unité entre le "ki" (esprit, énergie) symbolisé par le kiai (forte expiration ventrale), le "ken", sabre et le "tai", le corps. Comme les autres art martiaux japonais, il accorde une grande importance au travail du hara. On ne coupe pas avec les bras, on coupe avec les hanches.

L’importance du kiai

Le kiai est un cri obtenu par une forte expiration ventrale. Il permet de libérer les efforts au moment de l'assaut. S'il ne porte pas ce nom, on en voit souvent la manifestation chez les joueurs de tennis lors de la frappe de la balle ou chez les haltérophiles lors de l'arrachement des poids. En kendo on enseigne aux débutants à crier le nom de la partie visée par la frappe (kote, men, do) pour développer le kiai. Au fil de la progression, le cri sera remplacé par un kiai plus personnel.


Les facteurs de progression du kendo (par ordre d'importance) :

1. ICHI GAN : les yeux, la façon de se comporter, comment voir et être vu
2. NI    SOKU : les pieds, c'est-à-dire le déplacement par rapport à l'attaque
3. SAN TAN : le courage, la technique juste correspondant à l'opportunité
4. SHI  RIKI : la force, c'est-à-dire la détermination dans la coupe, dans l'engagement

Les quatre faiblesses (SHIKAI) à surmonter pour progresser :

1. KYO : la surprise
2. KU : la peur
3. GI : le doute
4. WAKU : la perplexité


L’étiquette du dojo

Le Rei (salut respectueux)
Comme dans tout art martial, on salue le dojo en y entrant et en sortant afin de témoigner à ce lieu d’entraînement précieux, sinon sacré, son remerciement et son respect parce que le dojo est un lieu qui offre l’occasion de cultiver et l’esprit et le corps.

De la même manière, on salue :
- le shihan ou sensei (maître)
- l’adversaire, qu’il soit sempaï (élève plus gradé), dohaï (élève aussi gradé) ou kohaï (élève moins gradé que soi)

en prononçant :
- au début de chaque rencontre « onegaïshimasu » (donnez-moi une leçon s’il vous plaît)
- à la fin de chaque rencontre « domo arigato gozaïmashita » (je vous remercie infiniment).

Grâce au maître, on peut apprendre de nouvelles techniques, apercevoir ses défauts techniques ou ses faiblesses mentales, les corriger et ainsi atteindre un niveau technique et mental plus élevé.
Grâce aux autres élèves, on peut pratiquer et perfectionner les techniques enseignées, mesurer son propre niveau technique et mental.

Grades et titres

Il existe deux classements, un pour les débutants et un pour les pratiquants confirmés. Pour les débutants, les grades vont du 6e au 1er kyu (le plus élevé), pour les confirmés, du 1er au 8e dan.

Parallèlement aux dan existe une échelle de titres d’enseignants: Renshi, Kyoshi et Hanshi, le titre de Hanshi (Maître) étant le plus élevé. Les titres sont délivrés sur examen écrit mais le candidat doit remplir un certain nombre de conditions dont le grade : 6e dan au moins pour Renshi, 7e dan pour Kyoshi et 8e dan pour Hanshi.

Passages de grade
Pour les passages de kyu, l’épreuve comprend l’exécution des kata ainsi qu’un ou deux combats. Sont évalués la précision, l’engagement, l’intensité, la combativité, le kiai, et toutes les composantes du kikentai.
Les dan sanctionnent la réussite à un examen comprenant une épreuve écrite (jusqu’au 5e dan), une épreuve pratique constituée de deux combats d’une minute trente environ avec deux candidats différents, et d’une épreuve de kata où selon le grade présenté le candidat devra réaliser une partie ou la totalité des kata de kendo. Le jury est constitué d’examinateurs dont le nombre (4 ou 6) et le grade (minimum 5e dan) est fonction du grade présenté. Le grade est octroyé à la majorité des voix du jury. Outre un âge minimum et le fait de pouvoir justifier de trois licences pour le premier dan, la condition principale pour présenter un grade est l’ancienneté dans le grade acquis. Cette ancienneté augmente avec le grade présenté. Il faut au minimum 2 ans à un 2e dan qui vient d’obtenir son grade pour présenter le 3e dan et 6 ans à un 6e dan pour pouvoir présenter le 7e dan. La durée minimum entre grades est divisée par 2 pour les candidats de plus de 60 ans.


Compétitions

Les Règles

En compétition les combats (shiai) sont arbitrés par trois juges. Le shiai se déroule dans une aire de combat (shiai-jo) de 11 m de côté. Un combat se dispute en trois points maximum (sanbon shobu) et dure trois à cinq minutes. Le vainqueur est le premier à marquer deux points avant la fin du temps réglementaire, ou celui qui a marqué un point à la fin du temps. En cas d’égalité et en match individuel, une prolongation (encho) a lieu, sans limite de temps, jusqu’à ce qu'un des combattants marque un point.

Pour ceci, quatre zones sont valides, toutes protégées par des renforcements particuliers de l’armure : le sommet de la tête (men), les poignets (kote), les flancs du tronc (do) et la gorge (mune-tsuki).
Les sorties du shiai-jo, la perte du shinaï, les comportements violents ou inadaptés, sont sanctionnés par un avertissement (hansoku). Deux hansoku donnent un point à l’adversaire.
Ces règles générales peuvent être adaptées (notamment la durée) selon les formules de compétition et l’âge des compétiteurs.

En combat par équipe, les matches nuls à la fin du temps réglementaire ne donnent pas lieu à prolongation. En cas d’égalité, un combat supplémentaire peut avoir lieu entre des représentants des deux équipes.

L’arbitrage

En compétition, l’arbitrage est assuré par trois arbitres : l’arbitre principal ou arbitre central (chushin), assisté de deux autres (fukushin).
Chaque arbitre tient un drapeau dans chaque main : un drapeau rouge et un drapeau blanc. Chacun des combattants porte, attaché au dos, un ruban de couleur (tasuki) : rouge pour l’un et blanc pour l’autre.

Les arbitres forment à eux trois un triangle autour des deux combattants afin qu’il y ait toujours au moins deux arbitres qui soient en position pour voir les détails du combat.
C'est le chushin qui donne les ordres de début et de fin des combats, annonce les points et donne les avertissements.

Pour qu'un point (ippon) soit accordé, deux arbitres au moins doivent lever le drapeau de la couleur du combattant qui a marqué le point.

Compétitions internationales

La Fédération Internationale de Kendo (FIK) organise une fois tous les trois ans les championnats du monde de kendo (WKC) alternativement dans un pays membre des zones Amériques, Asie et Europe.
Les WKC se composent d’un championnat individuel et d’un championnat par équipes nationales pour les hommes et pour les femmes. Le championnat par équipe hommes est la compétition phare qui clôt les WKC.

Fédérations

Fédérations internationales
Fédération Internationale de kendo : http://www.kendo-fik.org/
All nippon kendo federation : http://www.kendo.or.jp/
Fédération européenne de kendo : http://www.ekf-eu.com/

Fédérations nationales
Fédération allemande de kendo : http://www.dkenb.de/
Fédération belge de kendo : http://www.abkf.be/
Fédération britannique de kendo : http://www.kendo.org.uk/
Fédération finlandaise de kendo : http://www.kendoliitto.net/
Fédération française de Judo, Jujitsu, Kendo et Disciplines Associées : http://www.ffjudo.com/
Fédération hongroise de kendo : http://www.kendo.hu/
Fédération suisse de kendo : http://www.kendo.ch/ski/index.php


« Modifié: janvier 30, 2010, 17:15:00 pm par Webmestre »
Abonnez-vous à la newsletter d'actualités de Webmartial ! ;-)p
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=1976.0


Avez-vous pensé à inscrire votre club dans le moteur de recherche de clubs ? ???
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=637.0

Hors ligne Webmestre

  • Administrateur
  • Dragon Sorcier des ténèbres
  • *
  • Messages: 2507
  • Sagesse: 83
  • Sexe: Homme
  • Tom Sayers contre John Camel Heenan (1860)
    • Webmartial.com
Re : précision du wiki kendo (modification en cours)
« Réponse #2 le: juillet 23, 2009, 10:08:47 am »
Mugen,

Pourrais-tu reposter un deuxième message, avec le contenu de l'article, en intégrant directement dedans tes propositions d'ajouts ou de modifications en rouge ?
Abonnez-vous à la newsletter d'actualités de Webmartial ! ;-)p
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=1976.0


Avez-vous pensé à inscrire votre club dans le moteur de recherche de clubs ? ???
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=637.0

Hors ligne Mathieu

  • Oeuf de dragon
  • *
  • Messages: 25
  • Sagesse: 3
  • Sexe: Homme
Re : précision du wiki kendo [modification en cours]
« Réponse #3 le: juillet 23, 2009, 11:55:51 am »
Désolé d'avoir mis ça au mauvais endroit.

Alors, je m'y attèle, mais les articles existant déjà sur wikipédia ou le site officiel du CNK sont très bien, mieux que toutes les corrections que je pourrai apporter. Pourquoi ne pas les reprendre tout simplement?


Citer

"Voie du sabre"

Art martial du maniement du sabre (ken). Il se pratique aujourd'hui avec un shinai (sabre en bambou), les combattants portent des protections Le sabre mesure 1,20 m de long. L'armure (bogu) se compose d'une protection faciale (men), du plastron (do), de gants épais (kote), d'une protection des hanches et du bas-ventre (tare). Le kendoka porte sous l'armure un "hakama" (jupe pantalon plissée traditionelle) qui dissimule les pieds.

Les seules coupes valables sont les suivantes :
- coup vertical en direction du front (shomen)
- coup oblique en direction de la tempe gauche (hidari-men)
- coup oblique en direction de la tempe droite (migi-men)
- coup descendant sur le côté droit du plastron (migi-do)
- coup descendant sur le côté gauche du plastron (gyaku-do)
- coup sur le poignet droit (kote)
- coup sur le poignet gauche (hidari-kote)
- coup d'estoc à la gorge (tsuki)

Une coupe est considérée comme valable lorsque elle répond aux conditions de "kikentai no uchi" (ou kikentai ichi), soit l'unité entre le "ki" (esprit, énergie) symbolisé par le kiai (forte expiration ventrale), le "ken", sabre et le "tai", le corps.
Comme les autres art martiaux japonais, il accorde une grande importance au travail du hara. On ne coupe pas avec les bras, on coupe avec les hanches.

Un combat de compétition(shiai) se dispute en deux points et dure trois à cinq minutes.
Le but du kendo va bien au-delà de la maîtrise du sabre : il vise à procurer force de caractère, équilibre entre le corps et l'esprit, l'harmonie de l'esprit sain dans un corps sain.



Historique

La première mention de l'art du sabre au Japon date de 789. Le kendo était autrefois appelé ken-jutsu, ken-no-michi et gekken à l'époque Meiji (1868-1912). Cette discipline était déjà utilisé par les guerriers japonais (bushi) depuis longtemps lorsque les samurai le découvrèrent au XIIIe siècle. Le ken-jutsu, interdit en 1876, fut transformé en sport (kendo) par Sakakibara Kenkichi (1830-1894), lorsque les samurai n'eurent plus le droit de porter le sabre. La première académie de kendo fut fondée à Tokyo en 1909. Au XXe siècle, le kendo connut un essor très rapide en Angleterre, puis dans toute l'Europe. Les premiers Championnats du monde eurent lieu en 1970. Cet art martial est aujourd'hui placé sous l'autorité de l'International Kendo Federation. Au Japon, les pratiquants sont plus de deux millions. Les licenciés sont également nombreux aux États-Unis, en Europe, au Brésil, en Argentine, à Taiwan, en Corée, aux Philippines et en Australie. La France compte quelques milliers de licenciés.

(je ne dis pas non, mais c'est la première fois que je vois cet historique. Source? Il y a quand même des confusion, le kenjutsu n'a jamais été interdit, seulement le port du sabre (et les "subvention" aux écoles). Le kendo existait avant l'ére meiji, il est apparu fin edo. Sakakibara Kenkichi n'a rien transformé, il faisait des démo pour pas cher ce qui a redonné de l'intérêt pour le sabre. Donc je doute.

et rajouter dans les liens :
http://www.cnkendo-da.com/ au minimum, et éventuellement aussi :
http://forum.cnkendo-da.com/

Mais surtout cet article a déjà été écrit, par des gens qui en savent bien plus que moi. Pourquoi refaire ce qui a été (bien) fait?

Hors ligne Webmestre

  • Administrateur
  • Dragon Sorcier des ténèbres
  • *
  • Messages: 2507
  • Sagesse: 83
  • Sexe: Homme
  • Tom Sayers contre John Camel Heenan (1860)
    • Webmartial.com
Re : Kendo [modification]
« Réponse #4 le: juillet 23, 2009, 15:37:47 pm »
Citer
Alors, je m'y attèle, mais les articles existant déjà sur wikipédia ou le site officiel du CNK sont très bien, mieux que toutes les corrections que je pourrai apporter. Pourquoi ne pas les reprendre tout simplement?

Le but de Wikimartial n'est pas de recopier intégralement Wikipédia ou le site officiel du CNK. Le but de Wikimartial n'est pas non plus de faire mieux que Wikipédia (bien sûr, si on peut faire mieux, on le fera). Le but de Wikimartial est de créer des articles vraiment originaux et différents. Si l'on se contente de recopier Wikipédia, alors Wikimartial serait juste une simple copie de Wikipédia, et donc Wikimartial n'aurait aucun intérêt.

Par ailleurs, je suis pour la diversité dans la diffusion des connaissances. La diffusion de la connaissance est riche lorsqu'elle est diverse et variée, et elle permet des débats plus riches et instructifs. Si la connaissance = Wikipédia sans cesse republié à l'identique sur tous les sites, notre connaissance est pauvre.

Wikimartial va donc être différent de Wikipédia, et nous n'allons pas prendre Wikipédia comme base pour nos articles. Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas reprendre des extraits de Wikipédia ou d'autres sites. Simplement, nous n'allons pas simplement copier-coller des articles entiers, nous allons essayer de créer des articles originaux à partir de différentes sources et de nos connaissances personnelles.
Abonnez-vous à la newsletter d'actualités de Webmartial ! ;-)p
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=1976.0


Avez-vous pensé à inscrire votre club dans le moteur de recherche de clubs ? ???
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=637.0

Hors ligne Mathieu

  • Oeuf de dragon
  • *
  • Messages: 25
  • Sagesse: 3
  • Sexe: Homme
Re : Re : Kendo [modification]
« Réponse #5 le: juillet 23, 2009, 15:58:34 pm »
Si l'on se contente de recopier Wikipédia, alors Wikimartial serait juste une simple copie de Wikipédia, et donc Wikimartial n'aurait aucun intérêt.

Il en aurai : la correction constructive de ces articles, la présence de ces articles dans un wiki dédié, la compilation d'articles de différentes sources...
Ainsi que de la création, pour les disciplines qui ne sont pas fournies en bibliographies.

Pour une discipline aussi fournie que le kendo, j'imaginais plus le travail comme une compilation des meilleurs articles.

Quand à la diversitée... il y a des choses qui ne le sont pas. L'histoire est ce qu'elle est, on la connais de part un nombre de sources écrites restreinte. On peut effectivement la raconter de différentes manières, mais elle reste identique.
Des hauts-gradés et des anciens ont écris des articles, je ne me risquerai pas avec mes maigres connaissances a tenter de les réécrire.
La recherche bibliographique est une chose sérieuse à laquelle je participe volontier, l'écriture selon des connaissances approximatives enlève juste toute crédibilité à la démarche, et si c'est de ça qu'il s'agit, je me retire.

Hors ligne Webmestre

  • Administrateur
  • Dragon Sorcier des ténèbres
  • *
  • Messages: 2507
  • Sagesse: 83
  • Sexe: Homme
  • Tom Sayers contre John Camel Heenan (1860)
    • Webmartial.com
Re : Kendo [modification]
« Réponse #6 le: juillet 23, 2009, 16:20:18 pm »
Salut Mugen,

Il ne s'agit pas de réécrire l'histoire. Je n'ai pas exclu de reprendre des extraits d'autres sites ou de Wikipédia. Simplement, j'exclu que l'on fasse un simple copier-coller d'un article complet de Wikipédia, pour au final se retrouver avec un article identique à Wikipédia.

Citer
La recherche bibliographique est une chose sérieuse à laquelle je participe volontier, l'écriture selon des connaissances approximatives enlève juste toute crédibilité à la démarche, et si c'est de ça qu'il s'agit, je me retire.

Dans le domaine de l'histoire et des sciences humaines, la plupart de connaissances sont approximatives. Et je ne doute pas que de nombreuses informations dans les livres, dans les encyclopédies ou sur tous les autres sites sont approximatives. Aucune encyclopédie, ni aucun historien ne peut échapper à ce phénomène. Simplement, nous allons essayer de faire de notre mieux pour que Wikimartial soit une encyclopédie aussi sérieuse que possible, c'est tout ce que je peux garantir.
Abonnez-vous à la newsletter d'actualités de Webmartial ! ;-)p
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=1976.0


Avez-vous pensé à inscrire votre club dans le moteur de recherche de clubs ? ???
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=637.0

Hors ligne Webmestre

  • Administrateur
  • Dragon Sorcier des ténèbres
  • *
  • Messages: 2507
  • Sagesse: 83
  • Sexe: Homme
  • Tom Sayers contre John Camel Heenan (1860)
    • Webmartial.com
Re : Kendo [modification]
« Réponse #7 le: juillet 27, 2009, 18:28:57 pm »
Salut Mugen,

J'ai mis à jour l'article sur le Kendo dans le 2e post de ce fil, ci-dessus.

En vert sont les ajouts, en rouge les modifications.

J'ai rajouté les sections "Présentation", "Techniques", "Compétitions" et "Philosophie".

Comme tu peux le voir, j'ai inclus tes ajouts dans l'article, notamment dans la section "Techniques" :
Citer
Une coupe est considérée comme valable lorsque elle répond aux conditions de "kikentai no uchi" (ou kikentai ichi), soit l'unité entre le "ki" (esprit, énergie) symbolisé par le kiai (forte expiration ventrale), le "ken", sabre et le "tai", le corps.
Comme les autres art martiaux japonais, il accorde une grande importance au travail du hara. On ne coupe pas avec les bras, on coupe avec les hanches.

J'ai également remplacé la présentation du Kiai, qui disait que cela servait à déstabiliser l'adversaire, par celle de la fédération de Kendo, qui semble plus appropriée :

Citer
http://www.cnkendo-da.com/disciplines/kendo/presentation.html
Le kiai est un cri obtenu par une forte expiration ventrale. Il permet de libérer les efforts au moment de l'assaut. S'il ne porte pas ce nom, on en voit souvent la manifestation chez les joueurs de tennis lors de la frappe de la balle ou chez les haltérophiles lors de l'arrachement des poids. En kendo on enseigne aux débutants à crier le nom de la partie visée par la frappe (kote, men, do) pour développer le kiai. Au fil de la progression, le cri sera remplacé par un kiai plus personnel.

Concernant la véracité de la section "Historique", j'ai mis le statut "à vérifier". On étudiera plus tard donc le contenu de cette section pour en vérifier l'exactitude. Si tu le souhaites, tu peux déjà faire des vérifications à ce sujet (en citant des sources si tu trouves des incohérences).


« Modifié: juillet 27, 2009, 18:31:16 pm par Webmestre »
Abonnez-vous à la newsletter d'actualités de Webmartial ! ;-)p
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=1976.0


Avez-vous pensé à inscrire votre club dans le moteur de recherche de clubs ? ???
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=637.0

Hors ligne Webmestre

  • Administrateur
  • Dragon Sorcier des ténèbres
  • *
  • Messages: 2507
  • Sagesse: 83
  • Sexe: Homme
  • Tom Sayers contre John Camel Heenan (1860)
    • Webmartial.com
Re : Kendo [modification3]
« Réponse #8 le: septembre 18, 2009, 16:08:43 pm »
Voici la section "Historique", à vérifier :

Citer
Historique <- à vérifier

La première mention de l'art du sabre au Japon date de 789. Le kendo était autrefois appelé ken-jutsu, ken-no-michi et gekken à l'époque Meiji (1868-1912). Cette discipline était déjà utilisé par les guerriers japonais (bushi) depuis longtemps lorsque les samurai le découvrèrent au XIIIe siècle. Le ken-jutsu, interdit en 1876, fut transformé en sport (kendo) par Sakakibara Kenkichi (1830-1894), lorsque les samurai n'eurent plus le droit de porter le sabre. La première académie de kendo fut fondée à Tokyo en 1909. Au XXe siècle, le kendo connut un essor très rapide en Angleterre, puis dans toute l'Europe. Les premiers Championnats du monde eurent lieu en 1970. Cet art martial est aujourd'hui placé sous l'autorité de l'International Kendo Federation. Au Japon, les pratiquants sont plus de deux millions. Les licenciés sont également nombreux aux États-Unis, en Europe, au Brésil, en Argentine, à Taiwan, en Corée, aux Philippines et en Australie. La France compte quelques milliers de licenciés.

Voici le commentaire de Mugen :

Citer
(je ne dis pas non, mais c'est la première fois que je vois cet historique. Source? Il y a quand même des confusion, le kenjutsu n'a jamais été interdit, seulement le port du sabre (et les "subvention" aux écoles). Le kendo existait avant l'ére meiji, il est apparu fin edo. Sakakibara Kenkichi n'a rien transformé, il faisait des démo pour pas cher ce qui a redonné de l'intérêt pour le sabre. Donc je doute.

1ère remarque :
Citer
le kenjutsu n'a jamais été interdit, seulement le port du sabre (et les "subvention" aux écoles).

Le texte dit, je cite : "Le ken-jutsu, interdit en 1876, fut transformé en sport (kendo) par Sakakibara Kenkichi (1830-1894), lorsque les samurai n'eurent plus le droit de porter le sabre."

Le texte explique clairement que le port du sabre a été interdit en 1876. Le ken-jutsu étant un art de combat au sabre à l'époque, utilisé en situations réelles, et non un sport, interdire le port du sabre revenait au même que d'interdire le ken-jutsu. Il s'agit bien d'une interdiction du ken-jutsu en tant qu'art de combat et de guerre, et non en tant que sport. Et en plus il est précisé que le kendo, un forme sportive du ken-jutsu, date de cette interdiction. Pour moi, il ne s'agit pas d'une erreur de l'article, mais d'une question d'interprétation. Je ne vois pas de problème concernant cet extrait.

2e remarque :
Citer
Le kendo existait avant l'ére meiji, il est apparu fin edo.

Je cite l'article : " Le ken-jutsu, interdit en 1876, fut transformé en sport (kendo) par Sakakibara Kenkichi (1830-1894)"

On peut considérer que le kendo existait avant l'ère meiji, mais appelé sous le terme "ken-jutsu". Et pour une fois je vais citer Wikipédia qui dit ceci : "Jusque là appelé kenjutsu, c'est en 1912 qu'il est fait pour la première fois mention du kendo dans la publication des Nihon Kendo no Kata (Kata pour le Kendo)" (http://fr.wikipedia.org/wiki/Kendo). Donc on peut considérer que le Kendo, officiellement nommé "Kendo" existe depuis l'ère Meiji.

Je considère donc cette section comme vérifiée et ne comportant pas d'erreurs.

Si personne n'a de remarques à faire dans les prochains jours, la modification va être publiée.
Abonnez-vous à la newsletter d'actualités de Webmartial ! ;-)p
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=1976.0


Avez-vous pensé à inscrire votre club dans le moteur de recherche de clubs ? ???
http://forum.webmartial.com/index.php?topic=637.0

Hors ligne 88 fous

  • Jeune dragon
  • *
  • Messages: 468
  • Sagesse: 42
Re : Kendo [modification3]
« Réponse #9 le: septembre 22, 2009, 00:21:18 am »
Je me permets deux petits (et modestes) compléments en ce qui concerne la pratique et la philosophie du kendo.

Citer
Art martial du maniement du sabre (ken). Il se pratique aujourd'hui avec un shinai (sabre en bambou), les combattants portent des protections. Le sabre mesure 1,20 m de long. L'armure (bogu) se compose d'une protection faciale (men), du plastron (do), de gants épais (kote), d'une protection des hanches et du bas-ventre (tare). Le kendoka porte sous l'armure un "hakama" (jupe pantalon plissée traditionelle) qui dissimule les pieds.

Pour l'exécution des kata (enchaînements des techniques qui doivent être exécutées de façon fluide et rigoureuse mais sans porter les coups), le kendoka conserve uniquement le tare et remplace le shinai par un bokken (sabre en bois).

Citer
Philosophie

Le but du kendo va bien au-delà de la maîtrise du sabre : il vise à procurer force de caractère, équilibre entre le corps et l'esprit, l'harmonie de l'esprit sain dans un corps sain.

Le but du kendo va bien au-delà de la maîtrise du sabre : la pratique du kendo consiste à exercer sa volonté, pas nécessairement en l'imposant à son adversaire, mais avant tout en la faisant ressentir par la posture, l'intensité du regard, l'engagement, la détermination dans l'attaque, la vigilance.
Parce qu'il exige la synchronisation des mouvements du corps avec l'intention de l'esprit, le kendo tend à procurer
force de caractère, équilibre entre le corps et l'esprit, l'harmonie de l'esprit sain dans un corps sain.

Peut-être d'autres contributions à venir avec des précisions sur l'historique et les techniques : je me replonge dans mes lectures...
« Modifié: septembre 22, 2009, 00:25:32 am par 88 fous »
Je suis sans pitié, sans scrupule, sans compassion, sans indulgence, pas sans intelligence.

 


* Newsletter

S'abonner à la newsletter de Webmartial

Votre email :

Chaque mois, l'actualité des arts martiaux et des sports de combat dans votre email !