Auteur Sujet: Le QI : entre tradition et science  (Lu 8367 fois)

Hors ligne mariemoitier

  • Bébé dragon
  • *
  • Messages: 58
  • Sagesse: 7
  • Sexe: Femme
Re : Le QI : entre tradition et science
« Réponse #10 le: avril 30, 2014, 03:09:16 am »
Je crois que le Qi existe. C'est juste qu'il ne me semble pas si mystique que cela.

Qu'est-ce qui fait la différence entre une personne qui vient tout juste de mourir et une personne vivante ? Pourquoi est-ce que le corps de l'un est animé et pas celui de l'autre ? C'est le Qi, l'énergie vitale.

dom. a mentionné dans son texte exactement ce qui fait du sens pour moi : c'est une question de système nerveux, de courant électrique. Existe-t-il des méridiens et tout le tralala? Bien il existe certainement un système nerveux central, il existe un coeur qui bat sous une impulsion électrique.

La question qui semble soulever plus de problèmes est celle du contrôle conscient de cette énergie. Pouvons-nous contrôler notre énergie vitale ? Notre système nerveux ? Notre Qi ?

Il semble évident que de ce point de vu, nous le pouvons. Comment faisons-nous lever notre bras? En envoyant une commande à notre bras de se lever grâce à notre système nerveux. Aussi, comme le disais dom., nous pouvons augmenter la quantité de sang dans une partie de notre corps, diminuer notre rythme cardiaque... et puis, nous pouvons sauter, danser, chanter, etc.

Psychosomatique? Notre corps agit sans notre esprit (pour respirer c'est toujours pratique) et certainement aussi par les commandes de notre esprit, sinon notre conscience ne servirait absolument à rien sauf à être un éternel observateur impuissant.

La deuxième question qui semble remettre le plus en doute le fameux Qi : pouvons-nous utiliser cette énergie, sans contact direct (mouvement), à l'extérieur de notre corps ? Eh bien là, c'est ici que le mystère perdurera, je n'en ai pas la moindre idée.



Webmartial - Forum : arts martiaux, sports de combat, mma, free fight, combat libre

Re : Le QI : entre tradition et science
« Réponse #10 le: avril 30, 2014, 03:09:16 am »
Boutique de Webmartial
Équipements d'arts martiaux / sports de combat en direct de Chine

C'est bientôt Noël ! Un dessin chinois offert pour commandes > 100€. Un cadeau surprise dans chaque commande. Cliquez ici pour en profiter !
* Jusqu'au 25 décembre

Hors ligne nipaipo

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1660
  • Sagesse: 198
Re : Re : Re : Le QI : entre tradition et science
« Réponse #11 le: avril 30, 2014, 08:57:24 am »
Toi tu pense que si tu peux descendre ton rythme cardiaque c'est à cause du qi?

Ceux qui font du biathlon ( ski de fond + tir de carabine ) sont capable de faire redescendre leur rythme cardiaque à la normal en 2 secondes juste avant de tirer, et il ne parle pas de qi, juste de pouvoir se concentrer, relaxer, grande respiration et surtout de la pratique ;)

l'un n'empêche pas l'autre...tu cherches là, à opposer deux notions qui ne sont pas sur le même plan...le système de Qi, reste un modèle empirique d'interactions entre des causes et des conséquences...

ce n'est pas parce que nous, occidentaux, iront parler d'influx nerveux, d'alignement ostéo-articulaire, de détente musculaire, donc un modèle médicale, plutôt que de Qi, que ça remet en cause l'intérêt du modèle...

après, sur le post initial, je suis tout à fait d'accord avec l'avis du docteur Zhang...parce qu'utiliser le modèle est une chose, croire sentir le Qi, une autre...

pour faire une parallèle peut-être plus accessible et compréhensible, les forces magnétiques existent, mais le jour où je commence à les sentir sans l'aide de ma boussole, j'ai intérêt à consulter...

Citation de: vo sinh rod
Bon, ça n'est pas la première fois qu'on essaie de mettre à mal ce genre de pratique.
Renier le qi, c'est renier une tradition plusieurs fois millénaire de médecine, de principes vitaux et énergétiques (connus sous des noms différents dans toutes les plus ou moins anciennes civilisations ayant peuplé la Terre).

le diable se cache dans les détails...relie bien la phrase de ce médecin qui a été cité, il ne remet en cause ni l'utilité, ni l'existence du qi...il dit que le ressentir tient de la maladie mentale...ce qui n'est pas du tout la même chose....

de fait, on ne ressent pas directement une meilleur circulation du qi...on peut ressentir de la chaleur, c'est-à-dire une meilleure circulation sanguine, on peut ressentir un bien-être, donc des endorphines, mais c'est pas comme si on ressentait quelque chose d'inconnu, genre une grosse décharge électrique ou je ne sais quoi...

il y a la signification/applications que donnent les asiatiques à ce terme et il y a ce que nous, occidentaux, nous projetons dessus...ce qui est souvent la source du problème...

rien que la traduction qu'on en fait, "énergie" est déjà le début d'une impasse...parce que forcément, on pense énergie->électricité, électricité->influx nerveux...ce qui fait déjà passer à la trappe une bonne partie des champ d'actions recouverts par la notion initiale...


Hors ligne võ sinh rod

  • Dragon guerrier de feu
  • *
  • Messages: 1040
  • Sagesse: 103
  • Sexe: Homme
  • Pratiquant de: Arts Martiaux Vietnamiens (Võ)
Re : Le QI : entre tradition et science
« Réponse #12 le: avril 30, 2014, 13:02:29 pm »
D'un point de vue matérialiste et physique, on trouvera toujours une explication rationnelle à beaucoup de phénomène.
Pourtant, je pense que la vie ne se limite pas qu'au plan physique. Il y a d'autres niveaux de ressenti, de compréhension, et comme disait les bogdanov : "dans l'univers, rien n'est impossible".
Il est toujours bénéfique de se rappeler que les périodes difficiles sont souvent les plus profitables en terme de sagesse et de force intérieure. (Dalaï-lama)

Hors ligne nipaipo

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1660
  • Sagesse: 198
Re : Le QI : entre tradition et science
« Réponse #13 le: avril 30, 2014, 13:55:34 pm »
ce qui est rigolo avec le Qi, c'est que la plupart des gens en ont soit une vision totalement fantasmée(boule de feu inside), soit sont dans une négation totale du truc...mais rarement entre les deux...

comme si les gens ne pouvaient pas comprendre qu'une chose peut être abstraite et pourtant traduire des phénomènes tout ce qu'il y a de plus concret..

c'est pourtant le cas de la discipline la plus terre à terre qui soit, à savoir les mathématiques...bon, tu me diras, vu la côte d'amour des maths, c'est pas si étonnant en fait #mdr5# #pdr#

Hors ligne taekwondo irl

  • Jeune dragon
  • *
  • Messages: 481
  • Sagesse: 22
  • Sexe: Homme
Re : Le QI : entre tradition et science
« Réponse #14 le: avril 30, 2014, 16:01:49 pm »
bonjour,

vous allez pas me croire mais à un moment je me suis demandé ce que le Q... I... (quotient intellectuelle) avait avoir avec le traditionnel.  :D

Citer
ce qui est rigolo avec le Qi, c'est que la plupart des gens en ont soit une vision totalement fantasmée(boule de feu inside), soit sont dans une négation totale du truc...mais rarement entre les deux...

Les gens ont rarement un approche pragmatique des choses, c'est toujours ou blanc ou noir. Le Qi est justement une bonne illustration, d'un côté on a les " utilise ton Qi pour entraîner le Qi de l'autre" (je ne me moque de personne là attention) ou carrément "j'ai sentis son Qi venir à moi" et de l'autre les " Il n'y a pas de ki", "C'est médicalement abérant" etc.

Bref, le corps humain est capable de tant de chose que la science ne comprend pas encore (CF effet placebo et son opposé, l'effet nocebo, médicalement prouver mais toujours inexpliquée scientifiquement) qu'il n'est pas insensé de croire que le Qi fasse partit de cette catégorie.



Ou c'est tout simplement que les anciens ont une meilleur compréhension du corps humain que nous.
When all else have fail, hit hard, hit fast, hit first.

Hors ligne 4PIsr

  • Dragon apprenti guerrier
  • *
  • Messages: 793
  • Sagesse: 67
  • Pratiquant de: krav maga - MMA - adorateur de Cthulhu
Re : Le QI : entre tradition et science
« Réponse #15 le: avril 30, 2014, 17:41:23 pm »
Citer
Ou c'est tout simplement que les anciens ont une meilleur compréhension du corps humain que nous.

Est-ce que les anciens sont plus ouvert d’esprit (c'est à dire moins terre à terre)? Peut-être. Mais est-ce qu'ils comprennent mieux ce qui les entoure que les gens d'aujourd'hui? Là, je ne pense pas.
 #papy#

Pour poursuivre mon hors-sujet, l'ouverture d'esprit (vis à vis des religions, des métaphysiques, des nouvelles théories scientifiques,...) est à double tranchant selon moi:
 - d'un côté, cela peu nous amener à croire à tout et à n'importe quoi si l'on ne fait vraiment pas attention.
 - Mais par contre, cette ouverture nous permet de ne pas passer à côté de connaissances "fondamentales" qui, à priori, semblent totalement absurde, mais qui, après réflexion, sont moins loufoque qu'elles veulent le faire croire. Je prendrais pour exemple les 2 grandes théories modernes de physique, à savoir la physique quantique et la relativité (générale et restreinte). Vous pouvez demander à n'importe quel physicien travaillant dans ces domaines (pas moi, j'en n'ai quasiment pas fait...), il vous dira que ces théories vont totalement à l'encontre de notre logique "bassement" cartésienne. Ca n'a pas empêché Einstein, Schrödinger et leurs potes de nous pondre ces fameuses et fumeuses théories, parfois sous les rires moqueurs de leurs confrères. Et aujourd'hui, (presque) tous les scientifiques ont adopté ces théories.

Cette petite parenthèse me permet donc d'insister sur le fait que le Qi, comme toute théorie à priori non logique, ne doit ni être rejeté en bloc sans autre forme de procès (esprit logique/cartésien poussé à son extrême), ni être accepté aveuglément (ouverture d'esprit poussée à son extrême), bien que ces deux notions (esprit logique et ouverture d'esprit) se recouvrent en partie. Pour illustrer mes propos, voici un petit schéma de cet intersection d'ensembles ci-dessous : on n'a qu'à dire que A et B représentent respectivement l'esprit logique et l'ouverture d'esprit :



Vous l'aurez tous deviné, la zone la plus "sage" à mes yeux est celle au centre. Peut-être est-ce cette zone, à mi-chemin entre deux extrêmes, que l'on appelle esprit critique.

PS : eh ben, ça me rappelle mes disertes de philo, tout ça...
« Modifié: avril 30, 2014, 17:48:07 pm par 4PIsr »
c'est pas au vieux singe qu'on apprend à traire les limaces.

Hors ligne M_Thai_Sim

  • Bébé dragon
  • *
  • Messages: 101
  • Sagesse: 3
Re : Re : Le QI : entre tradition et science
« Réponse #16 le: avril 30, 2014, 18:12:07 pm »
Citer
Ou c'est tout simplement que les anciens ont une meilleur compréhension du corps humain que nous.

Est-ce que les anciens sont plus ouvert d’esprit (c'est à dire moins terre à terre)? Peut-être. Mais est-ce qu'ils comprennent mieux ce qui les entoure que les gens d'aujourd'hui? Là, je ne pense pas.
 #papy#


Dans le temps les gens croyaient que la terre étaient platte, pas certains qu'ils comprenaient mieux ce qui les entourent moi hehe   :D

Hors ligne dom.

  • je n'ai jamais vu un
  • Dragon apprenti guerrier
  • *
  • Messages: 745
  • Sagesse: 67
  • Sexe: Homme
    • la ou je suis eleve
Re : Le QI : entre tradition et science
« Réponse #17 le: avril 30, 2014, 18:48:13 pm »
En fait dans les arts martiaux on se fiche de savoir si le qi est mesurable scientifiquement.
On fait comme les maîtres qui l'enseignent, on l'expérimente et ceux qui en sont satisfait continuent avec ça.
Tout est changement, tout est illusion. Rien ne se cree, rien ne se perd, tout se transforme.

Hors ligne nipaipo

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1660
  • Sagesse: 198
Re : Re : Re : Le QI : entre tradition et science
« Réponse #18 le: mai 01, 2014, 01:15:12 am »
Dans le temps les gens croyaient que la terre étaient plate, pas certains qu'ils comprenaient mieux ce qui les entourent moi hehe

ils pensaient aussi que le soleil tournait autour de la terre...du point de vue "réalité", c'est effectivement embêtant...

par contre, du point de vue pratique, ça n'empêchait pas diverses civilisations d'avoir une connaissance approfondie du déroulement des saisons, des périodes de semailles et de récoltes et de la plupart des autres observations et prédictions astronomiques réellement utiles et vitales pour le commun des mortels de l'époque...

on pourrait aussi rajouter que la plupart des individus de l'époque savaient s'orienter(grâce aux étoile, au soleil, aux courants...), bâtir, cultiver, chasser et dépecer un animal sur pied, faire du feu, connaissaient les herbes utiles, comestibles et celles qui sont dangereuses...etc, etc, etc...là où à l'heure actuelle, l'occidental lambda est perdu même avec son GPS, sait pas planter un clou droit, a déjà du mal à sortir un steack de la cellophane,  ne sait pas faire pousser autre chose que du gazon, a besoin d'un briquet et d'environ 3L d'alcool à brûler pour allumer trois brindilles et saurait pas trouver un truc comestible dans une forêt même si on le lui livrait en conserve...

comme quoi, la compréhension du monde qui nous entoure, c'est très relatif...

Hors ligne selenium

  • Bébé dragon
  • *
  • Messages: 66
  • Sagesse: 7
Re : Re : Le QI : entre tradition et science
« Réponse #19 le: mai 01, 2014, 14:38:35 pm »
je ne connais pas le Dr. Zhang Tongling, et je suis déjà étonné qu'un chinois puisse avoir des propos aussi tranchés. Qu'il fasse gaffe à pas se prendre un fajin dans la gueule :D (non je rigole pour agrémenter des propos qui pourraient devenir chiants par la suite)
"Symptôme hystérique", qu'il dit, ça relèverait de la pathologie.
"Psychosomatique" relèverait du lien entre esprit et corps.
Le Dr Zhang Tongling 张彤玲 est Psychiatre à l'Institut de la santé mentale de la faculté de Médecine de Pékin. En 1989, elle y a fondé une clinique spéciale pour désordres causés par les arts internes. De 1989 à 1995, elle a traité personnellement 392 patients venant de Chine et de Hong Kong. Elle affirme que certaines personnes vulnérables se mettent en danger psychologique par une implication obsessionnelle.

Extrait de son exposé...
Plusieurs des réactions ressemblaient à ce que nous appellerions des symptômes hystériques ou psychosomatiques. Par exemple, ils affirment éprouver une sensation de qi à travers différentes parties de leurs corps, et certains ressentent une lassitude extrême qu'ils attribuent au qi s'écoulant subitement de leur corps. Dans d'autres cas, des expériences psychotiques sont provoquées, y compris des hallucinations visuelles et auditives, du délire, et le sentiment d'être possédé par des esprits animaux. Certains ont manifesté des symptômes que nous classerions comme paranoïaques, telle la conviction d'être attaqué par le pouvoir d'un maître, ou que le qi les avait imbus de pouvoirs extraordinaires et de la mission de sauver l'humanité. Quelques patients se sentaient remplis d'allégresse, ou parfois, après un entraînement prolongé, étaient pris d'un accès maniaque, alors que d'autres se sentaient anxieux, déprimés ou suicidaires. Les cas les plus graves concernaient ceux qui passaient plusieurs heures par jour immergés dans les exercices et ceux qui avaient une longue histoire de préoccupations religieuses ou superstitieuses.

Il s'agit là des "abus" des arts internes. A suivre...
« Modifié: mai 01, 2014, 14:40:57 pm par selenium »

 


* Newsletter

S'abonner à la newsletter de Webmartial

Votre email :

Chaque mois, l'actualité des arts martiaux et des sports de combat dans votre email !