Auteur Sujet: Le kiaï en pratique  (Lu 1786 fois)

Hors ligne võ sinh rod

  • Dragon guerrier de feu
  • *
  • Messages: 1046
  • Sagesse: 105
  • Sexe: Homme
  • Pratiquant de: Arts Martiaux Vietnamiens (Võ)
Le kiaï en pratique
« le: juillet 26, 2014, 15:49:38 pm »
Bonjour à tous,

le kiaï (Ki = énerie, Aï = union) est généralement travaillé dans les arts martiaux. Je le trouve intéressant pour diverses raisons.

En le poussant, on dirige notre énergie sur notre adversaire dans le même temps que l'attaque. Ou bien en phase défensive pour déstabiliser, ouvrir une faille chez l'ennemi afin de s'y engouffrer.
Il démontre notre détermination, le regard est perçant, le kiaï vient du ventre, c'est véritablement un cri d'énergie. En combat, le kiaï permet de clarifier l'esprit, d'être totalement dans notre action, d'augmenter notre volonté.
Chez celui ou celle qui le subit, c'est la surprise (je ne parle pas des habitués des AM), il brise pendant une demi seconde la concentration, on essaiera d'en profiter pour attaquer et le surprendre. C'est un outil de diversion.
On peux pousser le kiaï sur un gros blocage, ou en même temps que l'attaque, ou un kiaï en combinant les deux... On peut maintenir un peu le kiaï après l'action.

C'est en générale ce qui se passe avec le kiaï. J'en ai déjà subit qui m'ont un peu déstabilisé, quelques fois, lors de petits combats entre amis. Et, la première fois, c'est vrai que ça surprend, on ne s'y attend pas.
Je m'en suis rappelé, et de temps en temps, quand je travaille des techniques avec d'autres élèves, je m'amuse à les surprendre et à pousser le kiaï d'un coup sur mon attaque, et comme par enchantement, il n'y a plus rien en face et je dois contrôler mon attaque. Bon, ça n'est pas du 100 % mais c'est assez flagrant.

La question est, qu'en pensez-vous ? Et aussi, y pensez-vous dans votre pratique ? Est-ce que vous trouvez cela inutile ?
Je pense que cela peut avoir un intérêt en cas d'agression en complément de tout le reste. C'est peut être une corde à notre son arc en plus mais qu'on oublie ?

Et question pour les pratiquants de self défense, que pensez-vous de cette notion ? Le travaillez-vous ? Ou, pour ceux qui enseignent, le faites vous travailler ?

Merci  #yinyang#
Il est toujours bénéfique de se rappeler que les périodes difficiles sont souvent les plus profitables en terme de sagesse et de force intérieure. (Dalaï-lama)

Webmartial - Forum : arts martiaux, sports de combat, mma, free fight, combat libre

Le kiaï en pratique
« le: juillet 26, 2014, 15:49:38 pm »
Boutique de Webmartial
Équipements d'arts martiaux / sports de combat en direct de Chine


Hors ligne Dents d'acier

  • Enfant dragon
  • *
  • Messages: 255
  • Sagesse: 34
Re : Le kiaï en pratique
« Réponse #1 le: juillet 26, 2014, 22:23:25 pm »
Oui je travaille le Kiai-jutsu, je te présente mes réflexions personnel :

Le Kiaï


Nota -
C'est dans l'expression du kiaï qu'on remarque si le pratiquant pratique le sabre ou le kenjutsu. Tant que ça reste du Kobudo, un moyen de parfaire son aïki ou encore une gâterie en bonus de sa pratique principal, le kiai-jutsu qui demande une implication profonde, restera abstrait ou peu présent.
Cependant à partir du moment ou l'artiste martial devient un adepte du kenjutsu (TSKSR dans mon cas) le Kiaï s'imposera de lui même comme un élément incontournable faisant partie des kata et accompagnant chaque mouvements même dans les exercices les plus basic.

L'utilisation du kiaï :

-Psychologique
-technique
-stratégique

Le kiaï psychologique :
C'est les deux kiaï qu'ont utilise au début de itsutsu no tachi. Ces kiaï servent à afficher notre détermination et s'il est convaincant il met du semé sur les épaules de notre adversaire, le poussant dès le départ à se défendre sur ses talons. Le but ici c'est de briser sa confiance, l’impressionner, le surprendre.
Dans les vidéos de Yoshio Sugino on remarque qu'il l'utilisait avec beaucoup de puissance en plusieurs endroits de ses kata. Malgré sa petite stature il en imposait à ses adversaires pourtant plus grand et plus lourd que lui.

le kiaï technique :
Cette utilisation du kiaï demande beaucoup d'énergie et c'est en l'ajoutant à nos kata qu'on comprend ce que veut dire le concept de kata plus long que dans les autres écoles destiné à renforcer l'endurance. En faisant appel aux différentes chaines musculaire lié à la respiration par le kiaï-jutsu on augmente la puissance, la vivacité et la vélocité des différents mouvements et techniques de combat.
- Le AI
Essentiellement le AI se présente comme un effort pour se préparer, bloquer ou pousser. Pour se rendre compte des muscles impliqué il suffit de pousser de toute ses forces un meuble trop lourd pour soi.
C'est exactement de cette façon qu'on poussera un tsuki "de part en part" d'un adversaire en armure, ou on se figurera le faire si on veut garder notre uke un peu plus longtemps ! Idem pour prendre le centre, stopper l'adversaire ou briser sa résistance. C'est un effort interne disproportionné à celui de l'adversaire et c'est donc lui qui draine le plus d'énergie.
- Le IAE
Le IAE est une impulsion qu'on utilise lors de l'application d'une technique de frappe ou de coupe pour en augmenter la vivacité et la vélocité. C'est comme le crie qu'utilisent les joueurs de tennis quand ils mettent toute leurs forces dans une frappe.

Le kiaï stratégique
Le kiaï stratégique pousse l'adversaire à se commettre, ont l'utilisera en sparring en amorçant un mouvement qu'ont ne complètera pas, une feinte. Dans les kata ce kiaï permet d'aider l'autre à tester ses aptitudes à attendre le dernier moment pour bouger, ne pas anticiper, faire croire une fraction de seconde à l'adversaire qu'il l'a eu.
« Modifié: juillet 26, 2014, 22:28:17 pm par Dents d'acier »

Hors ligne võ sinh rod

  • Dragon guerrier de feu
  • *
  • Messages: 1046
  • Sagesse: 105
  • Sexe: Homme
  • Pratiquant de: Arts Martiaux Vietnamiens (Võ)
Re : Le kiaï en pratique
« Réponse #2 le: juillet 27, 2014, 15:00:33 pm »
Merci dents d'acier  :)

2 choses très intéressantes,


Nota -
C'est dans l'expression du kiaï qu'on remarque si le pratiquant pratique le sabre ou le kenjutsu. Tant que ça reste du Kobudo, un moyen de parfaire son aïki ou encore une gâterie en bonus de sa pratique principal, le kiai-jutsu qui demande une implication profonde, restera abstrait ou peu présent.
Cependant à partir du moment ou l'artiste martial devient un adepte du kenjutsu (TSKSR dans mon cas) le Kiaï s'imposera de lui même comme un élément incontournable faisant partie des kata et accompagnant chaque mouvements même dans les exercices les plus basic.



Ce qui est dit pour le kobudo est vrai aussi pour le budo (ou autre si on est pas au japon) tout court non ?
En tout cas, c'est mon impression.

Citer
En faisant appel aux différentes chaines musculaire lié à la respiration par le kiaï-jutsu on augmente la puissance, la vivacité et la vélocité des différents mouvements et techniques de combat.
Aspect au combien important.  :-D=

#chinois#
Il est toujours bénéfique de se rappeler que les périodes difficiles sont souvent les plus profitables en terme de sagesse et de force intérieure. (Dalaï-lama)

Hors ligne maxxx

  • Dragon guerrier de feu
  • *
  • Messages: 1043
  • Sagesse: 49
  • Sexe: Homme
Re : Le kiaï en pratique
« Réponse #3 le: juillet 29, 2014, 12:09:15 pm »
En ce qui me concerne, je l'utilise au Judo.

Ma vision c'est que le kiai est un ensemble. Pas seulement le cri. Il faut avoir un état d'esprit déterminé et une envie sans bornes pour pouvoir s'en servir efficacement. C'est donc une technique à part entière selon moi. Et bien utilisée elle permet d'améliorer nos compétences pendant une fraction de secondes en nous faisant dépasser nos propres limites. Elle permet aussi sûrement de déstabiliser son partenaire. Je n'en ai jamais vraiment subi, don je ne me prononcerai pas. :(

Mais de façon rationnelle le kiai est un cri accompagné d'une forte expiration. Or quand on expire, on se détend (baillement, soupir, ...). Et comme nos muscles se détendent on bouge mieux, plus facilement et plus efficacement. Donc voilà en quoi ça m'est utile !  :)
Il ne s'était jamais considéré comme le meilleur, il estimait juste que les autres étaient plus mauvais que lui.
Les deux philosophies sont très différentes. (Brent WEEKS, "L'ange de la nuit")
-
Une technique supérieure surpasse la force. (Jigoro KANO)

Hors ligne Dents d'acier

  • Enfant dragon
  • *
  • Messages: 255
  • Sagesse: 34
Re : Re : Le kiaï en pratique
« Réponse #4 le: juillet 29, 2014, 14:10:45 pm »
Merci dents d'acier  :)

Ce qui est dit pour le kobudo est vrai aussi pour le budo (ou autre si on est pas au japon) tout court non ?
En tout cas, c'est mon impression.

Ne sachant pas vraiment ce que pour toi kobudo et budo implique il est difficile pour moi de me faire une idée de ce qui est vrais ou pas pour toi.
Ce texte posté précédemment est une copie d'un parchemin que j'ai calligraphié à mon prof pour avoir son avis sur mes propres réflexions sur le sujet. Pour les japonais "kobudo" est l'exacte contraire d'un budo. Les budo sont des voies martial alors que kobudo désigne les enciennes voies martial, faisant référence aux koryu ou l'idée n'était pas d’évoluer intérieurement en tant qu'artiste martial mais de tuer le plus proprement possible. Les budo en général n'étant pas nécessairement axé sur l'efficacité martial, je pense que le kiai y sera surtout pratiqué pour la forme. Oui on l'étudiera peut être mais en surface, sans passé "du coté obscur" de la pratique... en tant que bujutsu, un moyen d'avoir l'avantage.
Dans mon texte je ne dénigrais pas le "kobudo" mais je fait une différence entre ceux qui sont fier de s'identifier à l'école qu'ils pratiquent et ceux qui ne le sont pas... les deux ne pratiqueront pas de la même façon, je pense.

Je vois beaucoup de pratiquants lâcher un kiai à tel endroit parce qu'on leur à dit de le faire à tel endroit dans le kata. Certains un poil plus impliqué que les autres vont vraiment chercher à y faire passer une charge émotionnel en criant très fort et sec..... oui ça saisi sur le coups, je l'ai vécu. Mais en général le coté vraiment utile du kiai, l'utilisation des bonnes chaines musculaire au bon moment est complétement évacué chez beaucoup de pratiquants.
« Modifié: juillet 29, 2014, 14:24:47 pm par Dents d'acier »

Hors ligne Le promeneur

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1870
  • Sagesse: 173
  • Sexe: Homme
Re : Le kiaï en pratique
« Réponse #5 le: juillet 29, 2014, 14:24:17 pm »
un très court extrait (guide du ju-jitsu et du kiai)


Un cri inattendu peut agir a deux niveaux, psychique et physiologique, les deux aspects étant  très liés.

En tant que phénomène psychique, le kiai est un processus agressant l'équilibre nerveux sonore perturbant son esprit moins concentré  par la création d'une tension inattendue et  brusque. La perturbation qui  en résulte, plus ou moins durable et profonde, dépend de la force d'impact du kiai, donc de sa densité (détermination et puissance) et de l'état de l'esprit récepteur (état nerveux a ce moment précis, acuité de sa concentration pouvant ou ne pouvant pas faire échec  a la tentative de trouble).

En tant que phénomène physiologique, le kiai est un processus pouvant brutalement entrainer, par un réflexe cardio-vasculaire  incontrôlable, une modification rapide du rythme cardiaque et de ce par l'intermédiaire du nerf auditif. Un son brutal, aigu, intense et bref, coupe le souffle, bloque la respiration, peut diminuer la tension artérielle; il peut en résulter un instant de désarroi ou a la limite en fonction de l'état du milieu récepteur une syncope.

Il existe plusieurs types de kiai selon le but recherché, chacun peut être poussé a  différents moments d'un combat, mais toujours dans des opportunités très  précises et très limitées dans le temps:
avant l'attaque: au moment ou l'adversaire décide d'attaquer. Tori peut alors attaquer lui même très fort, avec un kiai de décision, ou se contenter d'un petit kiai de diversion.
pendant l'attaque: sur un adversaire déjà lancé en pleine action. Tori pousse le kiai au cours d'un mouvement de défense, avant de contre attaquer.(1 ou 2 kiai)
Après  l'attaque: lorsque l'adversaire vient de terminer son mouvement, qui a été paré et déjà contre attaqué physiquement, donc lorsque sa concentration mentale est annulée. Tori peut alors compléter par un kiai de destruction.

L'art du kiai suppose un minimum de connaissance  psychologique de l'individu auquel  il est adressé: pour réussir , pour ne pas pousser le kiai a l'aveuglette, Tori doit avoir senti la faille dans la concentration  adverse; toute la subtilité du vrai kiai réside dans cette nuance; en dehors d'elle, le kiai n'est qu'un rugissement sauvage portant tres rarement conséquence.



 #peur#

Hors ligne Dents d'acier

  • Enfant dragon
  • *
  • Messages: 255
  • Sagesse: 34
Re : Le kiaï en pratique
« Réponse #6 le: juillet 29, 2014, 14:29:20 pm »
Ça c'est ce que je qualifiais dans mon texte de Kiai psychologique et Kiai stratégique.

Hors ligne võ sinh rod

  • Dragon guerrier de feu
  • *
  • Messages: 1046
  • Sagesse: 105
  • Sexe: Homme
  • Pratiquant de: Arts Martiaux Vietnamiens (Võ)
Re : Le kiaï en pratique
« Réponse #7 le: juillet 29, 2014, 15:40:40 pm »
@dents d'acier, merci pour l'explication. Figure toi que j'étais complètement à côté de la plaque car je pensais jusqu'ici que le kobudo désignait le budo avec arme (pourquoi ???). J'ai compris maintenant ce qu'est vraiment le kobudo.
Je comprends également ce que tu veux dire et je suis ok.

Citer
Je vois beaucoup de pratiquants lâcher un kiai à tel endroit parce qu'on leur à dit de le faire à tel endroit dans le kata. Certains un poil plus impliqué que les autres vont vraiment chercher à y faire passer une charge émotionnel en criant très fort et sec..... oui ça saisi sur le coups, je l'ai vécu. Mais en général le coté vraiment utile du kiai, l'utilisation des bonnes chaines musculaire au bon moment est complétement évacué chez beaucoup de pratiquants.
Effectivement, le kiai est un art à part entière, pas un simple cri. C'est plus dur qu'il n'y paraît.

Merci maxxx également pour ton avis.

@promeneur, merci pour ce partage intéressant.
Citer
Il existe plusieurs types de kiai selon le but recherché, chacun peut être poussé a différents moments d'un combat, mais toujours dans des opportunités très précises et très limitées dans le temps: avant l'attaque: au moment ou l'adversaire décide d'attaquer. Tori peut alors attaquer lui même très fort, avec un kiai de décision, ou se contenter d'un petit kiai de diversion. pendant l'attaque: sur un adversaire déjà lancé en pleine action. Tori pousse le kiai au cours d'un mouvement de défense, avant de contre attaquer.(1 ou 2 kiai) Après l'attaque: lorsque l'adversaire vient de terminer son mouvement, qui a été paré et déjà contre attaqué physiquement, donc lorsque sa concentration mentale est annulée. Tori peut alors compléter par un kiai de destruction.
J'aime cet analyse qui correspond beaucoup à ma vision.

Il existe un autre aspect concernant le kiai. J'en parlerai plus tard. C'est peut-être un peu plus "mystique". Restons un peu sur l'intérêt martial pour le moment. Le temps que je retrouve mes infos dans ma bibliothèque...
Si quelqu'un voit de quoi je parle....un point

Il est toujours bénéfique de se rappeler que les périodes difficiles sont souvent les plus profitables en terme de sagesse et de force intérieure. (Dalaï-lama)

 


* Newsletter

S'abonner à la newsletter de Webmartial

Votre email :

Chaque mois, l'actualité des arts martiaux et des sports de combat dans votre email !