Forums par thèmes > Histoire des arts martiaux

Le Bubishi

(1/1)

月龍 (Yuè Long):
Cette semaine, un article de Ben Judkins attirait mon attention sur Kung Fu Tea. Le texte a pour sujet le Bubishi. Dans ma bibliothèque personnelle, j'ai un exemplaire de ce livre. En fait, pas une version du Bubishi initial, mais une traduction par Roland Habersetzer. Ben Judkins débute son texte avec l'affirmation suivante : « While it is one of the most commonly owned martial arts manuals (my local Barnes and Nobles even keeps copies on hand), it also appears to be one of the less frequently read and discussed examples of the genera. »(Voir la fin pour la source).

Roland Habersetzer qualifie le Bubishi de bible des arts de la « main vide ». C'est le titre du prologue de sa traduction du Bubishi. Ce livre est souvent vu comme la source du Karaté. J'ai souvent entendu l'affirmation que le White Crane est l'ancêtre du Karaté. Au verso du livre de Lorne Bernard, Shaolin White Crane Kung Fu. A rare art revealed, on mentionne : « Since Fukienese Kung Fu is a well-recongnized ancestor of several modern Karate systems, the book is also quite useful for Karate pratitioners interested in further exploring related systems and some of the foundations of their arts ». Il y a aussi une mentionne du Bubishi dans la bibliographie de ce livre. Danny Xuan, dans son livre Tao of Wing Chun affirme : Karate dans le dialecte du Royaume de Ryukyu (les îles au sud, dont celle Okinawa) voulait dire les « mains chinoises ». Quand le Japon a annexé les îles, ils ont changé le sens de « Kara » pour « vide ». Je ne connais pas l'histoire du Japon ni le fonctionnement de la langue. Je ne peux pas affirmer avec certitudes que Danny Xuan est 100% exact, mais je vous mentionne ce qu'il affirme aux pages 17 et 18 de son livre. Reste une chose, l'influence des arts martiaux de la province du Fujian dans certains arts martiaux japonais est fort plausible.

Si nous pouvons établir un lien entre White Crane et Karaté, qu'en est-il du Bubishi. Une chose est certaine, on ne peut nier son existence. Il serait d'origine chinoise, mais il sera ensuite introduit au Japon dans l'île d'Okinawa. En fait, il y en aurait eu deux « Bubishi » dans l'histoire, aucun exemplaire du premier ne nous serait parvenu. Nous parlons du deuxième. Premièrement, il s'agit plutôt d'un recueil de textes. Plusieurs articles compilés. Le premier doute à propos de ce livre est sa date d'origine. Bien que certains mentionnent qu'il daterait de 1880, la plus ancienne copie japonaise date de 1930. Donc il s'agit d'un livre « récent ». Il date de la même époque que les deux manuels mentionnés dans mon dernier papier (voir Au bord de l'eau).  Ben Jukdins mentionne les propos de Paul Bowman : « … we are once again confronted with a book that is treated as ancient yet, upon closer inspection, turns out to not even be all that old. Brian Kennedy, à titre d'information, affirme dans le livre Jingwu. The school that transformed Kung Fu : « My working presumption is that all antique Chinese martial arts manuscripts are fakes until proven otherewise ». (Kennedy et Guo, page 128).  Ceci étant, vous me corrigerez si je me trompe, mais plusieurs styles de karaté ont été fondé dans les années 1920 et 1930. Ce qui n'enlève rien au livre comme source du Karaté. Toutefois, ceci remet en question le lien du Bubishi  avec le Wing Chun. Je crois fermement que le Wing Chun est un sous branche du White Crane. Je croyais que le Bubishi pouvait être une source de l'essence du Wing Chun. Je dois admettre que je me suis trompé sur cela.

Ben Judkins relate certaines conclusions d'Andreas Quast sur le Bubishi. Quast fait remarquer l'absence d'armes dans le Bubishi. Aucune mention sur les Huddiedao (les couteaux papillon), le bâton, la lance et le bouclier. Pourtant, lorsqu'on connaît un peu l'histoire des arts martiaux du sud de la Chine, ces éléments sont la base puisqu'il s'agit des armes typiques des milices. Souvent, les gens apprenaient les arts martiaux pour s'en servir dans la milice. Les textes du Bubishi sont plutôt orientés vers la défense personnelle, la santé et comme un loisir. Une vision des arts martiaux qui émerge vers la fin des années 1800 et au début du XX siècle. Malheureusement, il n'y a rien qui permet de savoir s'il n'y avait pas des extraits du Bubishi qui traitaient des armes et qui aurait été enlevé. Que l'exemplaire le plus ancien remonte à 1930 ne prouve en rien qu'il n'y en avait pas d'autres exemplaires publiés pas avant. Le Bubishi conservera toujours un certain côté mystérieux. Ceci étant dit, il reste un livre intéressant et très pertinent pour les pratiquants d'arts martiaux chinois et japonais.

Sources :

Ben Judkins. Kung Fu Tea : The Bubishi : Innovation, Tradition and the Southern Chinese Martial Arts. https://chinesemartialstudies.com/2016/09/06/the-bubishi-innovation-tradition-and-the-southern-chinese-martial-arts/

Kennedy, Brian. Guo Elizabeth. Jingwu. The School that transformed Kung Fu. Blue Snake Books. Berkeley. 2010.

Bernard, Lorne. Shaolin White Crane Kung Fu. Académie White Crane Kung Fu. 2003.

Xuan, Danny and John Little. The Tao of Wing Chun. The history and principles of China's most explosive martial art. Skyhorse Publishing. New York. 2015.

Habersetzer, Roland. Bubishi à la source du Karaté. Budo Éditions. Noisy sur École. 2007.

Ludovick-Rémi Deroy. Au bord de l'eau. http://wingchunkuen.blogspot.com/2016/09/deux-manuels-historiques-de-kung-fu.html

Navigation

[0] Index des messages

Utiliser la version classique