Auteur Sujet: Une biographie de Sosai Masutatsu Oyama, fondateur du Kyokushin  (Lu 190 fois)

Hors ligne WM

  • Modérateur global
  • Bébé dragon
  • *
  • Messages: 119
  • Sagesse: 0
Une biographie de Sosai Masutatsu Oyama, fondateur du Kyokushin
« le: juillet 11, 2017, 23:51:35 pm »
Masutatsu Oyama est né en le 27 juillet 1923 dans le village de Kimje en Corée du Sud sous le nom de Hyung Yee. Le véritable nom de Masutatsu Oyama est Choi Young-i, mais il se fera surnommer un temps Choi Bae-dal (Bae-dal voulant dire peuple coréen).... Voir la suite :
http://www.kyokushinkai-france.com/sosai.htm

Webmartial - Forum : arts martiaux, sports de combat, mma, free fight, combat libre

Une biographie de Sosai Masutatsu Oyama, fondateur du Kyokushin
« le: juillet 11, 2017, 23:51:35 pm »
Boutique de Webmartial
Équipements d'arts martiaux / sports de combat en direct de Chine

Promo spéciale rentrée 2017 : -10% sur tous les produits ! Cliquez ici pour en profiter !
* Jusqu'au 15 octobre

Hors ligne nipaipo

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1646
  • Sagesse: 195
Re : Une biographie de Sosai Masutatsu Oyama, fondateur du Kyokushin
« Réponse #1 le: juillet 12, 2017, 08:14:58 am »
il faudra un jour qu'une réelle biographie, basée sur des faits vérifiables et vérifiés, soit publiée sur sa vie...parce que là, on retrouve énormément d'invraisemblances, les mêmes invraisemblances qu'on répète depuis des lustres sans réfléchir...or ça ne rend pas hommage au personnage...

-son soit-disant premier contact avec le goju-ryu avant d'aller au Japon...je ne sais pas si vous vous rendez-compte du développement du goju-ryu à cette époque, mais c'est juste improbable...
-le "all japan tournament réunissant tous les styles de karaté en 1947", j'en ris encore...parce qu'en 47, les karatékas au "japon métropolitain" c'est 3 tondus et 2 pelés...les arts artiaux étaient interdits à cette époque et pour autant qu'on sache, la première compétition de karaté a eu lieu 10 ans plus tard...
-les soit-disant apports chinois et coréens, dont on peine à trouver la trace dans la technique de son école...

etc, etc...

Hors ligne Ivan Chatov

  • Oeuf de dragon
  • *
  • Messages: 7
  • Sagesse: 1
  • Pratiquant de: Systema
Re : Une biographie de Sosai Masutatsu Oyama, fondateur du Kyokushin
« Réponse #2 le: septembre 17, 2017, 10:03:53 am »
  Pour lui comme pour d'autres : beaucoup d'histoires et de racontars (les dires de Jon Bluming...). Mais j'ai tendance à penser que la légende peut en dire plus que la réalité...  #ninja*#
Systema'ART, l'art martial russe à Lyon : http://systemaart.fr/

En avant !… À la recherche de nos folies et de nos gloires !

Baron von Ungern-Sternberg

Hors ligne Ivan Chatov

  • Oeuf de dragon
  • *
  • Messages: 7
  • Sagesse: 1
  • Pratiquant de: Systema
Re : Une biographie de Sosai Masutatsu Oyama, fondateur du Kyokushin
« Réponse #3 le: septembre 17, 2017, 10:22:44 am »
  Il y a aussi (surtout ?) la question de la succession...
  Déchirements, grave querelle... Même sa fille s'en mêle : http://www.mas-oyama.com/cgi-bin/english/siteup.cgi?category=2&page=1
Systema'ART, l'art martial russe à Lyon : http://systemaart.fr/

En avant !… À la recherche de nos folies et de nos gloires !

Baron von Ungern-Sternberg

Hors ligne Ivan Chatov

  • Oeuf de dragon
  • *
  • Messages: 7
  • Sagesse: 1
  • Pratiquant de: Systema
Re : Une biographie de Sosai Masutatsu Oyama, fondateur du Kyokushin
« Réponse #4 le: septembre 17, 2017, 10:29:38 am »
  Tragique destinée des fondateurs...
Systema'ART, l'art martial russe à Lyon : http://systemaart.fr/

En avant !… À la recherche de nos folies et de nos gloires !

Baron von Ungern-Sternberg

Hors ligne niveau 2

  • Dragon guerrier de feu
  • *
  • Messages: 1167
  • Sagesse: 68
Re : Une biographie de Sosai Masutatsu Oyama, fondateur du Kyokushin
« Réponse #5 le: septembre 20, 2017, 03:01:18 am »
Les écoles et organisations usines (des milliers et des milliers d’élèves) voir des millions sur tous les continents, on tous le même modèle.  Lorsque le fondateur décède, c’est la déchirure interne.  Les millions en banque attirent les hauts gradés et les enfants des fondateurs veulent leurs parts.
Mon opinion sur ce modèle c’est que le fondateur n’a pas fait sa job.  S’il l’aurait fait l’organisation ou son école serait en meilleur santé mentale.
S’aviez-vous qu’en Tang soo do (méthode coréenne) les instructeurs qui ont donné leur vie à l’enseignement de cet art, peuvent après leur retraite vivre dans une maison de retraite appartenant à ce style gratuitement.  À condition d’être seul dans la vie.
Ça c’est une belle reconnaissance.  C’est de l’amour humain. 


 


* Newsletter

S'abonner à la newsletter de Webmartial

Votre email :

Chaque mois, l'actualité des arts martiaux et des sports de combat dans votre email !