Auteur Sujet: Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.  (Lu 1555 fois)

Hors ligne Askinass

  • Oeuf de dragon
  • *
  • Messages: 29
  • Sagesse: 2
  • Pratiquant de: Karate Wado Ryu / Full Contact
Re : Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.
« Réponse #20 le: septembre 19, 2017, 16:03:24 pm »
A mon avis ce monsieur a trop de confiance en lui.
A moins que ce soit une situation qu'il ait déjà vécu, ce qu'il dit n'est ni plus ni moins que ce qu'il fantasme de faire si cela lui arrivait. Il m'arrive moi aussi de temps de temps de m'imaginer casser la figure à 3 ou 4 mec dans la rue mais la réalité est toute autre. Même un athlète de haut niveaux peut s'effondrer dans se genre de situation, aucun entrainement sportif actuel ne prépare à l'agression réel.
j'ai pour habitude de dire que les plus grandes "gueules" sont celles qui sont le moins capables.

La seule attitude a avoir dans cette situation est de chercher un moyen de conserver son intégrité physique et de fuir.

Webmartial - Forum : arts martiaux, sports de combat, mma, free fight, combat libre

Re : Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.
« Réponse #20 le: septembre 19, 2017, 16:03:24 pm »
Boutique de Webmartial
Équipements d'arts martiaux / sports de combat en direct de Chine

C'est bientôt Noël ! Un dessin chinois offert pour commandes > 100€. Un cadeau surprise dans chaque commande. Cliquez ici pour en profiter !
* Jusqu'au 25 décembre

Hors ligne nipaipo

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1660
  • Sagesse: 198
Re : Re : Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.
« Réponse #21 le: septembre 19, 2017, 20:42:23 pm »
Il me semble que le premier réflexe reptilien est la lutte

je pense que parler de réflexe, c'est déjà oublier le contexte et la formation de la personne...or ça a beaucoup d'importance...

pour la plupart des gens, le premier réflexe, si on peut parler de réflexe, ça sera la stupéfaction...parce qu'être confronté à une grande quantité de violence, sans le voir venir et sans y être préparé, ben...ça aboutit pas à grand chose comme réaction...c'est trop d'information en même temps, le cerveau "plante"...

c'est, entre autres, l'objet d'un bon entrainement en AM, que de tenir compte de son environnement et sentir venir ce qui se passe...
et dans le cas contraire, développer des réflexes, pour parer au plus pressé, le temps de reprendre le contrôle de la situation...

Citer
N'oublions pas, que par notre culture ou notre éducation, empruntée qu'on le veuille ou non, au Judéo-christianisme, nous ne somme pas habituer à combattre. Nous aurions même tendance à être sur la retenue si une riposte s'imposait.

c'est un peu simpliste et largement lacunaire...tout judéo-chrétien que soit notre culture, cela fait relativement peu de temps(une génération peut-être) que notre société connait la paix...on a des millénaires de guerres, tueries et rapines en tout genre, derrière nous...

juste pour donner un exemple, mon grand-père a vécu son enfance dans un pays en guerre et a eu la "joie" d'effectuer son service militaire de 2 ans dans une troupe d'élite dans un autre pays en guerre...et tout cela ne s'est pas passé dans le tiers-monde, mais en france...comment penser à "tendre l'autre joue" dans un tel contexte...?
 
Citer
Il m'est "pour le moment" impossible de frapper quelqu'un à pleine puissance que ce soit sur un tatami ou un ring de boxe. Blocage mental, peur de faire trop mal. Si j'ai ce blocage dans un environnement contrôlé, je ne sais pas quelle serait ma réaction lors d'une agression.

Je me demande si il n'y a pas un effet pervers dans la pratique des arts martiaux.

ce n'est pas un effet pervers de la pratique des AM...c'est une dérive des cours "grand public"...nuance...dans toute école sérieuse et traditionnelle, il y a une méthodologie (et parfois des épreuves pour passer un cap...) pour lâcher de plus en plus ses coups, avec partenaire...d'ailleurs même "contrôler ses coups", selon la terminologie consacrée, ça n'est pas "frapper hors distance"...en tout cas, ça ne devrait pas...mais c'est une erreur courante oui...

il y a beaucoup d'erreurs courantes vis à vis de ce genre de travail, mais c'est aussi une question de confiance et de niveau des partenaires...et de préparation du corps pour supporter les coups... ça demande un travail sur le mental et les peurs que tout le monde n'est pas prêt à entamer...

à mon avis, le paradoxe, c'est aussi qu'un travail de type "combat" ou "combat souple" n'est sans doute pas le plus indiqué pour y parvenir...ça manque "d'instantanéité"...

je n'aime pas le terme "prédateur"...un prédateur, dans la nature ou chez les hommes, va rarement au devant du danger, il repère le faible du groupe et en fait sa proie, attend son moment...je pense plutôt la chose en terme d'instinct de survie...
il est difficile de parler de ce genre de choses, surtout à des gens dont on ne connait pas la vie...on a tous notre vécu, affronté ou pas des épreuves, réagi à ses dernières suivant notre personnalité ...

je ne rentrerai pas dans le détail parce que c'est ma vie et ça n'apporte pas grande chose de s'étaler là-dessus, mais comme certains sur ce forum, j'ai dans divers cadres et pour diverses raisons, senti le souffle de la faucheuse...si ma vie ou celle d'un proche, doit déprendre d'un instant, alors c'est lui ou moi...et il est hors de question que se soit lui...quitte à l'emmener avec moi...

la question c'est surtout de savoir si le jeu en vaut la chandelle, de ne pas confondre "instinct de survie" et "satisfaction de son petit égo"... question de perspective et "d'intelligence situationnelle", parfois de darwinisme...le reste est littérature...
« Modifié: septembre 19, 2017, 21:08:39 pm par nipaipo »

Hors ligne niveau 2

  • Dragon guerrier de feu
  • *
  • Messages: 1189
  • Sagesse: 77
Re : Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.
« Réponse #22 le: septembre 19, 2017, 22:05:43 pm »
Les réflexes reptiliens sont au nombre de trois.
1.   Figer.  2. Attaquer.  3. Fuir.
Tout dépend de la personne et de son niveau de survie.
Certains instructeurs enseignent la partie ‘’survie’’, attaquer.  Mais on ne fait pas n’importe quelle attaque.   Il faut aborder cette approche avec des élèves volontaires et ce n’est pas des débutants.  Le côté mental et émotionnel sont les plus important.
Si on enseigne les ‘’attaques de survie’’ à tout le monde, votre école va ce vidée.
Qui veut une école vide?

Hors ligne Askinass

  • Oeuf de dragon
  • *
  • Messages: 29
  • Sagesse: 2
  • Pratiquant de: Karate Wado Ryu / Full Contact
Re : Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.
« Réponse #23 le: septembre 20, 2017, 10:22:34 am »

 
Citer
Il m'est "pour le moment" impossible de frapper quelqu'un à pleine puissance que ce soit sur un tatami ou un ring de boxe. Blocage mental, peur de faire trop mal. Si j'ai ce blocage dans un environnement contrôlé, je ne sais pas quelle serait ma réaction lors d'une agression.

Je me demande si il n'y a pas un effet pervers dans la pratique des arts martiaux.

ce n'est pas un effet pervers de la pratique des AM...c'est une dérive des cours "grand public"...nuance...dans toute école sérieuse et traditionnelle, il y a une méthodologie (et parfois des épreuves pour passer un cap...) pour lâcher de plus en plus ses coups, avec partenaire...d'ailleurs même "contrôler ses coups", selon la terminologie consacrée, ça n'est pas "frapper hors distance"...en tout cas, ça ne devrait pas...mais c'est une erreur courante oui...

Juste pour être claire, je ne parle pas de frapper hors distance mais bien de retenir son poing.

Hors ligne lsd

  • Dragon Titan
  • *
  • Messages: 5644
  • Sagesse: 231
Re : Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.
« Réponse #24 le: septembre 20, 2017, 10:32:08 am »
j'ai savouré toutes les réponses .....merci .......ninpaipo  a fait le tour de la question  #papy# tant que l'interrupteur est dans notre mental ,les réponses sont divers ....une question idiote .....on insiste  beaucoup sur cette maîtrise de ce coté émotionnel mais on oublie celui de notre ennemis ...qui veut par exemple s"en prendre a mon argent ,je dois me concentrer sur la couleur qui émane de son aura et m'adapter/ chaque agresseur est différent et tel un caméléon je vais m'adapter et agir ,survivre ......
Et puis même dans l'ordinaire, il y a toujours un petit quelque chose qui pousse à la réflexion.(ombre en plein jour)

Hors ligne nipaipo

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1660
  • Sagesse: 198
Re : Re : Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.
« Réponse #25 le: septembre 20, 2017, 18:33:34 pm »
Juste pour être claire, je ne parle pas de frapper hors distance mais bien de retenir son poing.

c'est plus souvent la première option que la seconde, qu'on observe dans la plupart des cours...raison pour laquelle j'ai soulevé ce point(g)...

maintenant encore une fois, normalement, on ne retient pas son poing dans la totalité des exercices, même avec partenaire...ou alors on ne pratique pas un AM...

Hors ligne RENZO

  • Oeuf de dragon
  • *
  • Messages: 18
  • Sagesse: 1
  • Sexe: Homme
  • Pratiquant de: Ju Jitsu
Re : Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.
« Réponse #26 le: septembre 21, 2017, 08:10:14 am »
Il me semble que le premier réflexe reptilien est la lutte

je pense que parler de réflexe, c'est déjà oublier le contexte et la formation de la personne...or ça a beaucoup d'importance...

pour la plupart des gens, le premier réflexe, si on peut parler de réflexe, ça sera la stupéfaction...parce qu'être confronté à une grande quantité de violence, sans le voir venir et sans y être préparé, ben...ça aboutit pas à grand chose comme réaction...c'est trop d'information en même temps, le cerveau "plante"...

c'est, entre autres, l'objet d'un bon entrainement en AM, que de tenir compte de son environnement et sentir venir ce qui se passe...
et dans le cas contraire, développer des réflexes, pour parer au plus pressé, le temps de reprendre le contrôle de la situation...

Citer
N'oublions pas, que par notre culture ou notre éducation, empruntée qu'on le veuille ou non, au Judéo-christianisme, nous ne somme pas habituer à combattre. Nous aurions même tendance à être sur la retenue si une riposte s'imposait.

c'est un peu simpliste et largement lacunaire...tout judéo-chrétien que soit notre culture, cela fait relativement peu de temps(une génération peut-être) que notre société connait la paix...on a des millénaires de guerres, tueries et rapines en tout genre, derrière nous...

juste pour donner un exemple, mon grand-père a vécu son enfance dans un pays en guerre et a eu la "joie" d'effectuer son service militaire de 2 ans dans une troupe d'élite dans un autre pays en guerre...et tout cela ne s'est pas passé dans le tiers-monde, mais en france...comment penser à "tendre l'autre joue" dans un tel contexte...?
 
Citer
Il m'est "pour le moment" impossible de frapper quelqu'un à pleine puissance que ce soit sur un tatami ou un ring de boxe. Blocage mental, peur de faire trop mal. Si j'ai ce blocage dans un environnement contrôlé, je ne sais pas quelle serait ma réaction lors d'une agression.

Je me demande si il n'y a pas un effet pervers dans la pratique des arts martiaux.

ce n'est pas un effet pervers de la pratique des AM...c'est une dérive des cours "grand public"...nuance...dans toute école sérieuse et traditionnelle, il y a une méthodologie (et parfois des épreuves pour passer un cap...) pour lâcher de plus en plus ses coups, avec partenaire...d'ailleurs même "contrôler ses coups", selon la terminologie consacrée, ça n'est pas "frapper hors distance"...en tout cas, ça ne devrait pas...mais c'est une erreur courante oui...

il y a beaucoup d'erreurs courantes vis à vis de ce genre de travail, mais c'est aussi une question de confiance et de niveau des partenaires...et de préparation du corps pour supporter les coups... ça demande un travail sur le mental et les peurs que tout le monde n'est pas prêt à entamer...

à mon avis, le paradoxe, c'est aussi qu'un travail de type "combat" ou "combat souple" n'est sans doute pas le plus indiqué pour y parvenir...ça manque "d'instantanéité"...

je n'aime pas le terme "prédateur"...un prédateur, dans la nature ou chez les hommes, va rarement au devant du danger, il repère le faible du groupe et en fait sa proie, attend son moment...je pense plutôt la chose en terme d'instinct de survie...
il est difficile de parler de ce genre de choses, surtout à des gens dont on ne connait pas la vie...on a tous notre vécu, affronté ou pas des épreuves, réagi à ses dernières suivant notre personnalité ...

je ne rentrerai pas dans le détail parce que c'est ma vie et ça n'apporte pas grande chose de s'étaler là-dessus, mais comme certains sur ce forum, j'ai dans divers cadres et pour diverses raisons, senti le souffle de la faucheuse...si ma vie ou celle d'un proche, doit déprendre d'un instant, alors c'est lui ou moi...et il est hors de question que se soit lui...quitte à l'emmener avec moi...

la question c'est surtout de savoir si le jeu en vaut la chandelle, de ne pas confondre "instinct de survie" et "satisfaction de son petit égo"... question de perspective et "d'intelligence situationnelle", parfois de darwinisme...le reste est littérature...

Je parlais bien de réflexes reptiliens, opposés à ceux conditionnés, dont l'enseignement devrait effectivement faire parti dans tout AM.

Je ne vois pas très bien le lien entre notre culture judéo-chrétienne et les différents conflits qui ont traversés notre histoire. C'est un peu confusionnel. Je ne pense pas que tous les soldats allemand en 39 étaient nazis. Bien que je sois inculte en la matière religieuse, il me semble bien quand même que certaine "vertus" y soient "enseignées" pour le "bon" peuple, comme la tolérance, le pardon la non violence...

Idées également reprises par la pensée humaniste dont nous sommes aussi les héritiers. Ce ne sont évidement pas nos seuls facteurs socio-culturels et ils ont plus ou moins d'incidence selon les individus mais on ne peut pas la balayer d'un revers de la main. C'est là trop simpliste.

Pour ce qui est de l’attitude militaire nous ne somme pas dans le même contexte et tous le monde n'a pas la formation des forces Spéciales.

La psychologie, à l'instar de l'économie, n'est pas une science exacte et différents courants s'y opposent. Je ne prétends donc surtout pas écrire ici la "vérité" et ne donne que m'on avis. Avis inspiré pour le sujet par Paturel (Robert, pas Sabine hein  ;D) qui, a la vue de sa carrière, me semble crédible.

Pour conclure je te rejoins à 100 % sur ta conclusion  ;-)p


Le vrai savoir est celui qu'on acquiert, pas celui qu'on nous donne.

Hors ligne Askinass

  • Oeuf de dragon
  • *
  • Messages: 29
  • Sagesse: 2
  • Pratiquant de: Karate Wado Ryu / Full Contact
Re : Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.
« Réponse #27 le: septembre 21, 2017, 11:05:20 am »
Juste pour être claire, je ne parle pas de frapper hors distance mais bien de retenir son poing.

c'est plus souvent la première option que la seconde, qu'on observe dans la plupart des cours...raison pour laquelle j'ai soulevé ce point(g)...

maintenant encore une fois, normalement, on ne retient pas son poing dans la totalité des exercices, même avec partenaire...ou alors on ne pratique pas un AM...

En réalité c'est un peu plus complexe que simplement retenir son poing.
Avec partenaires, Tant que le partenaire gère bien, les attaques sont portées sans retenue et avec précision, Mais lorsque le partenaire rate sa défense et que le coup doit normalement arriver à destination, en une fraction de seconde on retient son poing pour ne pas emplafonner le partenaire, ça devient un réflexe.
C'est ce genre de réflexe qui me font me poser la question de la réaction face à une agression.

Hors ligne nipaipo

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1660
  • Sagesse: 198
Re : Re : Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.
« Réponse #28 le: septembre 21, 2017, 17:39:32 pm »
Citer
Je parlais bien de réflexes reptiliens, opposés à ceux conditionnés, dont l'enseignement devrait effectivement faire parti dans tout AM.

j'entends bien...mais tu mélanges beaucoup de choses...

le modèle du cerveau trisunique( reptilien...etc) est un peu daté et pas forcément adapté à ce type de sujet...concrètement les seuls réels réflexes qui correspondraient à ce dont tu parles, sont des réflexes sensitifs(liés au toucher, la vue...genre retirer sa main d'une flamme), pas contextuels...donc parler de lutte...ça ne relève déjà plus réellement du réflexe inné...se protéger à la limite, mais guère plus...

Citer
Je ne vois pas très bien le lien entre notre culture judéo-chrétienne et les différents conflits qui ont traversés notre histoire. C'est un peu confusionnel. Je ne pense pas que tous les soldats allemand en 39 étaient nazis. Bien que je sois inculte en la matière religieuse, il me semble bien quand même que certaine "vertus" y soient "enseignées" pour le "bon" peuple, comme la tolérance, le pardon la non violence...

ce que j'essaye de te faire comprendre, c'est que la culture est une chose, ce que font les gens, s'en est une autre, parce que ça reste quelque chose de globalement superficiel(on s'en sert surtout pour justifier ses actes à postériori...)...ça tient globalement, tant qu'il n y a pas réellement d'enjeu...mais que vienne l'heure où ces principes s'opposent à l'assouvissement des intérêts (ou jugés comme tels...) de l'individu ou du groupe et alors peu importe ce qu'on essaye d'enseigner aux gens,  la plupart s'assoient dessus...

dans la culture judéo-chrétienne, on trouve entre autres les 10 commandements...il n'y figure pas d'astérisque à chaque précepte, renvoyant à un minuscule "sauf si" en bas de page...ça fait pourtant des millénaires qu'on tue, pille, ment, viole pour un oui ou un non, y a toujours une bonne raison...et les "chemises brunes" n'ont rien inventé...

Citer
En réalité c'est un peu plus complexe que simplement retenir son poing.
Avec partenaires, Tant que le partenaire gère bien, les attaques sont portées sans retenue et avec précision, Mais lorsque le partenaire rate sa défense et que le coup doit normalement arriver à destination, en une fraction de seconde on retient son poing pour ne pas emplafonner le partenaire, ça devient un réflexe.
C'est ce genre de réflexe qui me font me poser la question de la réaction face à une agression.

ce dont tu parles, que j'ai déjà évoqué plus haut et que tu ne sembles pas comprendre, ça a un nom...c'est frapper hors distance...mais percevoir cela est effectivement un problème courant...raison pour laquelle j'attire ton attention(et celle des autres, accessoirement, parce que c'est très pervers comme truc...)...

soyons clairs, physiquement, il est impossible de "retenir sont coup en une fraction de seconde"...tout cela va trop vite, la vitesse de l'influx nerveux ne le permettrait pas...donc soit tu es un surhomme, une sorte d'énigme de la science(aller, je te charrie un peu...mais c'est pas méchant), soit la vérité est ailleurs...  #circonspect#

ce qui se passe réellement, dans une telle situation, c'est que sans t'en rendre compte, tu frappes "dans le blocage de l'autre" plutôt que "dans la tête de l'autre"(ou autre cible...)...tant que l'autre bloque, l'illusion tient...quand il ne bloque plus, ton coup arrive au bout de sa course...
apprendre à frapper en lâchant ses coups est un travail en soi...travail physique(car il y a frapper et frapper...c'est un des objets de la pratique du makiwara...), mais aussi travail mental, d'acceptation des coups, par soi et le partenaire...


Hors ligne martial70

  • Bébé dragon
  • *
  • Messages: 89
  • Sagesse: 7
Re : Les arts martiaux et le côté prédateur en soi.
« Réponse #29 le: septembre 22, 2017, 09:40:04 am »
je prend beaucoup de plaisir à lire vos échanges. ce sujet à ouvert un débat très intéressant.

 


* Newsletter

S'abonner à la newsletter de Webmartial

Votre email :

Chaque mois, l'actualité des arts martiaux et des sports de combat dans votre email !