Auteur Sujet: L’évolution en Kung Fu.  (Lu 624 fois)

Hors ligne niveau 2

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1972
  • Sagesse: 98
Re : L’évolution en Kung Fu.
« Réponse #20 le: avril 26, 2018, 22:11:15 pm »
Est-ce que ce ''temps' se termine un moment donné? ???

Webmartial - Forum : arts martiaux, sports de combat, mma, free fight, combat libre

Re : L’évolution en Kung Fu.
« Réponse #20 le: avril 26, 2018, 22:11:15 pm »
Boutique de Webmartial
Équipements d'arts martiaux / sports de combat en direct de Chine


Hors ligne MiKe "白鬼"

  • Dragon apprenti guerrier
  • *
  • Messages: 684
  • Sagesse: 56
  • Sexe: Homme
Re : L’évolution en Kung Fu.
« Réponse #21 le: avril 27, 2018, 09:54:19 am »
La réponse est dans ta question, cher ami.
Si tu parviens à te représenter "ce temps", alors c'est que tu en as déjà déterminé le début et la fin.

Hors ligne 月龍 (Yuè Long)

  • étudiant
  • Bébé dragon
  • *
  • Messages: 147
  • Sagesse: 28
  • Sexe: Homme
    • Au bord de l'eau
  • Pratiquant de: wing chun et tai chi style wu
Re : Re : L’évolution en Kung Fu.
« Réponse #22 le: avril 27, 2018, 16:32:08 pm »
Oui le combat donne une mesure de notre évolution, semblable pour les compétitions.
Mais qu'en est-il de l'évolulution de notre peur?  Doit-on la faire explosée, la retenir ou la canaliser.  D'après vous.

Étant donné qu'on parle de contrôle dans les arts martiaux, je crois qu'il faut la canaliser. La retenir est comme figé je crois et la faire exploser est peut-être aveuglant je crois.

Hors ligne niveau 2

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1972
  • Sagesse: 98
Re : L’évolution en Kung Fu.
« Réponse #23 le: avril 27, 2018, 16:38:25 pm »
Oui c'est vrai.  Mais comment canaliser nos peurs.  Ce n'est surement pas en disant:Abracadabra avec la baguette magique.

Hors ligne MiKe "白鬼"

  • Dragon apprenti guerrier
  • *
  • Messages: 684
  • Sagesse: 56
  • Sexe: Homme
Re : L’évolution en Kung Fu.
« Réponse #24 le: avril 27, 2018, 17:54:54 pm »
Pourquoi donc cette fixette sur la peur?

La Peur est , partout et sera toujours! C'est comme la Douleur qui, à l'instar de Laurie, sera toujours ta meilleure amie.. et bien sache que la Peur, quant à elle, c'est sa bonne copine. Peut-être même qu'elles fricotent ensemble. Ce duo de coquines est inséparable et que dire? On les aiment comme ça! Comprennent ceux qui le veulent bien.


Et puis devant l'adversité (les moments chauds pour soi et décisifs, pas les compètes d'égo ou les petites claques dans la rue), la Peur disparaît, du moins se met en retrait pour laisser place au substantiel : l'adrénaline.

C'est vital. A ce moment là, ton corps n'en a rien à foutre de ton cerveau et de ses tracas. Ce qu'il veut, c'est décamper... et il le fera d'une manière ou d'une autre : si ton corps ne peut pas se barrer physiquement, c'est psychiquement qu'il le fera.

Lorsque la Peur en quittant la sphère intellectuelle se faufile dans les viscères pour te dire de décamper ou de frapper, l'adrénaline est le moteur. La Peur s'estompe pour que ton corps s'organise autour de l'action immédiate. Si en revanche, pour une raison ou une autre, cette migration de la Peur vers les viscères n'est pas effective, alors celle-ci remonte au cerveau et s'installe: on appelle cette phase la sidération. C'est toxique.

De façon perverse, le corps ne pouvant fuir ou riposter, se débrouille pour ne plus être là. On met alors le cerveau sur off. La Peur semble même disparaître : normale, elle était insoutenable dans les viscères. Elle se met donc en retrait pour qu'un cocktail d'autres substances puisse baigner ton cortex. Le calme qui en résulte est trompeur et dangereux. La passivité, c'est la mort.

De vécu, je peux te dire que les première secondes de stupeur sont cruciales. Tu ne passes pas du mode peur dans les viscères au mode sidération instantanément. La mise sur off du relais cerveau-corps prend un certain temps et ce temps est capital. La notion d'espace et de temps de ce dieu est alors perceptible...

Le calme dans lequel on est durant ces quelques instants permet de voir sobrement ce qu'il y a d'essentiel. Si l'on écoute bien, la Peur s'ouvre un passage pour rejoindre le bide. Il faut la laisser faire. Le cerveau dégèle, et l'adrénaline repart. Vu que tu ne peux plus fuir (trop de perte de temps pour le même résultat), il te reste les dernières options :

frapper
pisser
parler, du moins essayer et ne pas y arriver
chouiner
(et dans cet ordre).

Bref, rien de fameux. C'est une question d'instinct.

La Peur sera toujours . La peur suit la ligne médiane du corps : du fondement jusqu'à la fontanelle. Elle se balade, s'arrête ici et là en fonction du contexte et des priorités.

Canaliser la Peur, c'est une affaire personnelle et pas vraiment transmissible par des mots. Connais-toi toi-même. Celui qui dit savoir comment canaliser la Peur est un charlatan. On peut te parler des heures durant, te mettre la pression au dojo ou sur un ring, jouer à se faire peur, monter des scénarios, inventer tout une ribambelle de procédés plus artificiels les uns que les autres, sur ce plan, tu es et resteras ton propre maître.

« Modifié: avril 27, 2018, 18:04:20 pm par mike-b »

Hors ligne niveau 2

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1972
  • Sagesse: 98
Re : L’évolution en Kung Fu.
« Réponse #25 le: avril 28, 2018, 15:22:09 pm »
La peur ''toujours là.  La molesse ''toujours'' échec.  L'adrénaline ''l'unique'' va ''toujours'' se manifester. 
Moi pas d'accord. :-o~

Hors ligne MiKe "白鬼"

  • Dragon apprenti guerrier
  • *
  • Messages: 684
  • Sagesse: 56
  • Sexe: Homme
Re : L’évolution en Kung Fu.
« Réponse #26 le: avril 29, 2018, 00:44:52 am »
 :D

C'est ce que je dis à la fin. Si qui fonctionne pour l'un ne fonctionnera pas pour l'autre. Il y a des moteurs diesel et des moteurs essence. Il y a des fougueux et des peureux. IL y a des prédateurs et des proies, mais surtout tout un panel entre ces deux extrêmes.

Pas de recette, niveau 2. Tes questions sur la Peur n'ont de réponses que les tiennes.

Hors ligne niveau 2

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1972
  • Sagesse: 98
Re : Re : L’évolution en Kung Fu.
« Réponse #27 le: mai 04, 2018, 19:04:59 pm »
Il y a des [moteurs diesel et des [moteurs essence]. Il y a des fougueux et des peureux. IL y a des prédateurs et des proies, mais surtout tout un panel entre ces deux extrêmes.

Je trouve ton explication drôle.  Car vois-tu un moteur diésel peut devenir un moteur à essence mécaniquement parlant.  Et l'inverse aussi.
Un fougueux peut devenir peureux et l'inverse ausss.  Un prédateur peut devenir une proie et l'inverse aussi.  Pour l'humain c'est pareille.  La peur ''se travaille'' et doit être travaillée dans les arts martiaux.  Mais cela n'existe presque pas.  Disons que la ''voie'' a déviée depuis très longtemps.

Hors ligne MiKe "白鬼"

  • Dragon apprenti guerrier
  • *
  • Messages: 684
  • Sagesse: 56
  • Sexe: Homme
Re : L’évolution en Kung Fu.
« Réponse #28 le: mai 04, 2018, 23:36:52 pm »
Citer
Un fougueux peut devenir peureux et l'inverse ausss.  Un prédateur peut devenir une proie et l'inverse aussi.  Pour l'humain c'est pareille.

Oui tu as raison, c'est pour ça qu'on classe plutôt les gens dans un panel, à savoir dans l'espace situé entre les deux extrêmes stéréotypes que sont la proie et le prédateur.

Il faut bien comprendre que la "proie" et le "prédateur" sont des modèles que nous construisons. Les gens, en fonction d'une flopée de paramètres inutiles de développer ici, sont des êtres qui ont en eux un mélange proie/prédateur, mélange dynamique, évolutif, adaptatif.

C'est exactement ce que j'ai dit plus haut :
Citer
Il y a des fougueux et des peureux. Il y a des prédateurs et des proies, mais surtout tout un panel entre ces deux extrêmes.

La métaphore du moteur désigne surtout les gens qui réagissent au quart de tour de ce qui ont besoin d'un peu plus de temps. Evidemment, puisqu'on parle d'humain, ce comportement n'est pas figé. Un diesel dans une situation sera un essence ailleurs et vis versa.

Citer
La peur ''se travaille'' et doit être travaillée dans les arts martiaux.  Mais cela n'existe presque pas.  Disons que la ''voie'' a déviée depuis très longtemps.

Oui, le peur doit se travailler. Le seul endroit où l'on travaille la peur de façon pragmatique et pour que ça soit efficace, c'est du côté de l'armée, le police, la gendarmerie. Je ne parle pas de la formation lambda du fonctionnaire de base, mais des gens qui dans leur boulot seront confronté à la mort.
Aujourd'hui les arts martiaux tels qu'enseignés dans les dojo/écoles/parcs sont du domaine civil. La "voie" n'a pas déviée. Ce sont les gens et leur loi qui sont devenus timides et pleutres.

Je pense que le meilleur moyen de "travailler" la peur, c'est de la côtoyer, d'en être submergé. On ne peut pas la "travailler" si on ne la pas dans le bide ou si elle ne gèle pas le cerveau.

Hors ligne niveau 2

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1972
  • Sagesse: 98
Re : L’évolution en Kung Fu.
« Réponse #29 le: mai 07, 2018, 15:49:12 pm »
La première peur que nous confrontons dans les arts martiaux, c'est la peur des coups.  il faut avoir des exercices à deux où l'on se frappe avec contrôle sur différents endroits du corps.  Aucune zone sensible à part le plexus solaire.  il ne faut pas oublier la tête et le visage.  Mais faire gaffe aux yeux.
Ce n'est pas la douleur qui fait peur pour la première fois, c'est plus la vibration du  coup. La personne est saisie entre la douleur et la sensation inconnue qu'elle vit.
 L'inconnu fait peur.  #peur#

 


* Newsletter

S'abonner à la newsletter de Webmartial

Votre email :

Chaque mois, l'actualité des arts martiaux et des sports de combat dans votre email !