Auteur Sujet: Le nihon tai jitsu  (Lu 160 fois)

Hors ligne Remyrem

  • Futur dragon ?
  • *
  • Messages: 4
  • Sagesse: 2
  • Pratiquant de: Nihon tai jitsu, full contact/kickboxing, jujitsu
Le nihon tai jitsu
« le: mai 25, 2018, 15:22:56 pm »
Je n'invente rien, je me contente de reprendre la présentation de la discipline faite par Maitre Roland HERNAEZ ( 9eme dan Hanshi nihon tai jitsu du seibukan académie et 9eme dan FFKDA), fondateur du Nihon tai jitsu, dans son livre.

Le nihon tai jitsu:

Art de combat d’inspiration japonaise mais de conception occidentale, le Nihon Tai Jitsu qui signifie en Japonais « Techniques de corps » est en fait une méthode moderne de défense personnelle. Il ne s’agit pas de l’addition de judo, aïkido et karaté mais d’une discipline basée sur les attaques telles qu’elles pourraient se produire dans la vie courante.
    
Nous retrouvons bien sûr des mouvements des arts martiaux traditionnels (frappes, luxations, strangulations et projections), mais ces mouvements ont subi des transformations pour les adapter à la défense proprement dite.

De plus, sur le plan pédagogique, la méthode mise au point par des professeurs d’arts martiaux doublés d’enseignants d’éducation physique est très progressive.

Les techniques sont classées de manière judicieuse et facile à suivre, elles peuvent être pratiquées par tous, et n’incluent pas de chutes violentes.

N’oublions jamais que le Nihon Tai Jitsu est un ensemble de techniques de défense personnelle et non un moyen d’attaque. La défense se fait à mains nues, contre un ou plusieurs adversaires, armés ou non.

A notre époque où la violence éclate de toutes parts, les méthodes de défense sont plus que nécessaires et le Nihon Tai Jitsu en particulier. La maîtrise de cette discipline, si l’esprit en a bien été saisi, doit engendrer la paisible assurance des forts et des sages et non l’agressivité systématique. La self défense est la défense de soi-même et non l’attaque des autres. Si la riposte est dure, nette, définitive, elle est néanmoins proportionnée à l’attaque, donc toujours juste.

Le Nihon Tai Jitsu est donc une méthode française de self défense dans laquelle on envisage que la vie du pratiquant peut être mise en danger. Il faut donc en un minimum de temps et d’effort, obtenir un maximum d’efficacité avec le moins de risques possible. A noter que le Nihon Tai Jitsu était aussi appelé autrefois au Japon « KOSHI NO MAWARI » ; la partie projections et luxations portait le nom de « JU-HO » (méthode de la souplesse).


Webmartial - Forum : arts martiaux, sports de combat, mma, free fight, combat libre

Le nihon tai jitsu
« le: mai 25, 2018, 15:22:56 pm »
Boutique de Webmartial
Équipements d'arts martiaux / sports de combat en direct de Chine


Hors ligne grimlock

  • Bébé dragon
  • *
  • Messages: 50
  • Sagesse: 6
    • Paresse martiale, mon blog
Re : Le nihon tai jitsu
« Réponse #1 le: mai 28, 2018, 14:57:58 pm »
Je n'invente rien, je me contente de reprendre la présentation de la discipline faite par Maitre Roland HERNAEZ ( 9eme dan Hanshi nihon tai jitsu du seibukan académie et 9eme dan FFKDA), fondateur du Nihon tai jitsu, dans son livre.

Le nihon tai jitsu:

Art de combat d’inspiration japonaise mais de conception occidentale, le Nihon Tai Jitsu qui signifie en Japonais « Techniques de corps » est en fait une méthode moderne de défense personnelle. Il ne s’agit pas de l’addition de judo, aïkido et karaté mais d’une discipline basée sur les attaques telles qu’elles pourraient se produire dans la vie courante.
    
Nous retrouvons bien sûr des mouvements des arts martiaux traditionnels (frappes, luxations, strangulations et projections), mais ces mouvements ont subi des transformations pour les adapter à la défense proprement dite.

De plus, sur le plan pédagogique, la méthode mise au point par des professeurs d’arts martiaux doublés d’enseignants d’éducation physique est très progressive.

Les techniques sont classées de manière judicieuse et facile à suivre, elles peuvent être pratiquées par tous, et n’incluent pas de chutes violentes.

N’oublions jamais que le Nihon Tai Jitsu est un ensemble de techniques de défense personnelle et non un moyen d’attaque. La défense se fait à mains nues, contre un ou plusieurs adversaires, armés ou non.

A notre époque où la violence éclate de toutes parts, les méthodes de défense sont plus que nécessaires et le Nihon Tai Jitsu en particulier. La maîtrise de cette discipline, si l’esprit en a bien été saisi, doit engendrer la paisible assurance des forts et des sages et non l’agressivité systématique. La self défense est la défense de soi-même et non l’attaque des autres. Si la riposte est dure, nette, définitive, elle est néanmoins proportionnée à l’attaque, donc toujours juste.

Le Nihon Tai Jitsu est donc une méthode française de self défense dans laquelle on envisage que la vie du pratiquant peut être mise en danger. Il faut donc en un minimum de temps et d’effort, obtenir un maximum d’efficacité avec le moins de risques possible. A noter que le Nihon Tai Jitsu était aussi appelé autrefois au Japon « KOSHI NO MAWARI » ; la partie projections et luxations portait le nom de « JU-HO » (méthode de la souplesse).

Oui et donc la fin est inexacte, c'est évident :) puisque la discipline est "nouvelle" (fondée dans les années 70 avant son baptême définitif dans les années 80, de mémoire).

Hors ligne Le promeneur

  • Dragon Seigneur de guerre
  • *
  • Messages: 1741
  • Sagesse: 164
  • Sexe: Homme
Re : Le nihon tai jitsu
« Réponse #2 le: mai 28, 2018, 18:51:05 pm »
Citer
Il faut donc en un minimum de temps et d’effort, obtenir un maximum d’efficacité avec le moins de risques possible.

Cela demande un peu une explication pour ne pas porter a confusion c'est "l'apprentissage" ou le résultat final ?

Hors ligne Remyrem

  • Futur dragon ?
  • *
  • Messages: 4
  • Sagesse: 2
  • Pratiquant de: Nihon tai jitsu, full contact/kickboxing, jujitsu
Re : Le nihon tai jitsu
« Réponse #3 le: mai 29, 2018, 13:05:51 pm »
La discipline n'est pas nouvelle puisqu'elle est issue des anciennes écoles japonnaise et qu'elle est même antérieure aux écoles de jujitsu. Seul la méthode pédagogique est récente.
Et pour "Le promeneur", maitre Hernaez parle bien évidemment de la finalité car comme dans tout art matial l'apprentissage demande du temps et de l'investissement personnel.

Hors ligne Remyrem

  • Futur dragon ?
  • *
  • Messages: 4
  • Sagesse: 2
  • Pratiquant de: Nihon tai jitsu, full contact/kickboxing, jujitsu
Re : Le nihon tai jitsu
« Réponse #4 le: mai 29, 2018, 13:11:23 pm »
L'Histoire du Nihon Tai-Jitsu
 

Les origines de notre discipline remontent au IX siècle avec la création au Japon de l’École DAITO RYU.

 

Dans cette école les guerriers samourais du Clan Takeda apprenaient des arts de combat avec et sans armes. Au fil des siècles, l’école Daito Ryu améliora ses techniques et vit augmenter sa renommée jusqu’à la fin du XIXème siècle, quand par ordre impérial la caste des Samourais fut dissoute et perdit ses privilèges et notamment l’usage exclusif des armes. À ce moment là l’un des derniers maîtres de l’école, Sokaku TAKEDA décida d’enseigner les techniques de son école à des personnes qui n’appartenaient pas au clan.

 

Parmi les personnes choisies à qui il enseigna directement les secrets de l’école se trouvait le Maître Morihei UESHIBA (créateur de l’AIKIDO). Le Maître UESHIBA transforme les enseignements reçus du Maître TAKEDA en une discipline plus philosophique que martiale, l’Aïkido, mais avant cela il transmit à quelques uns de ses élèves les enseignements originels de l’école Daito Ryu. Le Maître Minoru MOCHIZUKI fut l’un d’entre eux, élève direct du Maître Jigoro KANO (créateur du Judo), il fut envoyé par celui-ci étudier avec des Maîtres renommés d’anciennes écoles de JU-JITSU, et avec parmi eux le Maître UESHIBA, avec lequel il étudia DAITO RYU, AIKI JUTSU Y AIKIDO. Dans le Dojo de UESHIBA il connut Sokaku TAKEDA, bien qu’il n’étudia pas directement avec lui.

 

Tout au long de sa vie, le Maître Minoru MOCHIZUKI étudia diverses écoles anciennes et divers styles de combat: JUDO avec Jigoro KANO et Kyuzo MIFUNE, DAITO RYU, AIKI JUTSU et AIKIDO avec Morihei UESHIBA, KARATE SHOTOKAN avec Gichin FUNAKOSHI, KARATE SHORINJI RYU avec Masayuki HISAKATA, KENDO avec Toku SANBO, IAIDO et KENDO avec Hakudo NAKAYAMA, SHINDO MUSO RYU (école de Jojutsu) avec Takaji SHIMIZU et KATORI SHINTO RYU (école de bujutsu) avec Yazaemon HAYASHI.

 

En 1931, avec l’accord de ses Maîtres, il ouvre son école d’Arts Martiaux, le Dojo YOSEIKAN à Shizuoka, sa ville natale, et en 1951 il est envoyé en France en tant que représentant du Kodokan et du Aïkikaï. Il resta en Europe jusqu’en 1954, spécialement à Paris, où il enseigna sa technique particulière, un regroupement de ses connaissances qu’il dénomina AIKIDO JUJUTSU, à un groupe de personnes, et parmi celles-ci au jeune français Jim ALCHEIK. Quand le Maître MOCHIZUKI retourna au Japon, le Maître ALCHEIK s’y rendit et durant trois ans il étudia au Dojo YOSEIKAN de Minoru MOCHIZUKI à Shizuoka. Le Maître MOCHIZUKI considérait Jim ALCHEIK comme son représentant pour l’Europe et il lui demanda qu’à son retour du Japon il fonde la FEDERATION FRANÇAISE D’AIKIDO, TAI JITSU et KENDO (FFATK), ce qu’il fit en 1957, en se dédiant à l’enseignement de ces trois disciplines. Son TAI-JITSU était une méthode d’auto-défense basée sur les techniques qu’il avait apprises du Maître MOCHIZUKI. Il créa cette méthode personnelle en suivant les conseils du Maître MOCHIZUKI.

 

Jim ALCHEIK eut trois assistants, parmi eux Roland HERNAEZ, qui s’occupait plus particulièrement de la partie TAI-JITSU. Malheureusement Jim ALCHEIK mourut en 1962 lors d’une explosion dans un attentat pendant la guerre d’Algérie. Après sa disparition, ses élèves se dispersèrent, chacun d’entre eux se dédiant à la partie qui lui était pédagogiquement plus proche.

 

Roland HERNAEZ, né en 1934, avait commencé sa trajectoire dans les Arts Martiaux en 1951 avec le JUDO (Mikonosuke KAWAISHI et Luc LEVANIER) et le JU-JITSU (Lu LEBANGF). Il fait son service militaire à Fort Carré d’Antibes et pratique le Close Combat (combat au corps à corps) dont il devint instructeur. En 1956 il obtient sa ceinture noire de Judo et commence à pratiquer le Karaté (Henri PLEE et MURAKAMI), l’AIKIDO (Tadashi ABE et Hiroo MOCHIZUKI) et le TAI-JITSU qu’il découvre de la main de Jim ALCHEIK, continuant postérieurement sa pratique avec Minoru MOCHIZUKI.

 

À la mort de Jim ALCHEIK, il se mit à établir une méthode d’auto-défense à partir des enseignements de celui-ci. En 1967, au sein de la « Budo Académie », l’association de TAI-JITSU française, il commença à rassembler quelques éducateurs qui travaillaient discrètement et efficacement.

 

Jim ALCHEIK avait été pour le Maître HERNAEZ un excellent budoka, cependant il y avait une partie de son enseignement avec laquelle il était en désaccord, le manque de rigueur dans sa méthode. Après s’être entraîné plusieurs fois avec le Maître Minoru MOCHIZUKI, celui-ci l’anima à élaborer une méthode plus cartésienne du TAI-JITSU.

 

En 1972, il voyage au Japon, invité par la Japan Publication, une maison d’éditions, afin de perfectionner ses connaissances en SHORINJI KEMPO, qu’il connaissait bien pour l’avoir pratiqué, en compagnie de son frère George HERNAEZ et de Daniel DUBOIS. Ils s’entraînèrent durant trois semaines dans le temple de Shikoku. Le Maître HERNAEZ était très attiré par cette école et à son retour il hébergea chez lui pendant deux ans un professeur de SHORINJI KEMPO, (le Maître Hiroshi OASAKA), avec lequel il s’entraînait plusieurs heures par jour. Il devint la première ceinture noire de SHORINJI KEMPO en occident. D’après le Maître HERNAEZ, le SHORINJI KEMPO lui apporta beaucoup de choses: il lui emprunta plusieurs techniques pour enrichir son TAI-JITSU, mais il ne put continuer à pratiquer cette discipline parce que cela impliquait un approfondissement dans un aspect religieux – le kongo zen- avec lequel il n’était pas d’accord.

 

À son retour du Japon, Roland HERNAEZ fonda la FEDERATION FRANÇAISE de TAI-JITSU et de SHORINJI KEMPO, dont il fut président les deux premières années. Ces deux disciplines se séparèrent par la suite pour poursuivre leur propre chemin et le Maître HERNAEZ se dédia à partir de ce moment-là exclusivement au TAI-JITSU.

 

En 1973 Roland HERNAEZ voyagea au Japon et présenta au Maître MOCHIZUKI le résultat de ses travaux suivant lesquels il avait doté le TAI-JITSU d’une méthodologie d’enseignement qui incorporait des principes cartésiens en vue d’ un apprentissage cohérent des anciennes technique du TAI-JITSU. Pour cela, le Maître HERNAEZ avait créé des groupes techniques de Katas et des Techniques de Base qui facilitaient l’apprentissage pour des occidentaux, obtenant l’approbation du Maître Minoru MOCHIZUKI. Durant cette visite, le Maître MOCHIZUKI reconnut la méthode de Maître HERNAEZ comme authentiquement traditionnelle et officielle, la dénominant NIHON TAI-JITSU, et il le nomma son représentant officiel en Europe.

 

Depuis lors le Maître HERNAEZ s’est dédié à l’enseignement et à l’expansion du NIHON TAI-JITSU, principalement en Europe et en Afrique du Nord, l’Espagne (1977) et le Maroc (1984) étant les premiers pays avec la France oú il commença son travail de divulgation.

 

En mai 1983 la FEDERATION FRANÇAISE DE TAI-JITSU se transforma en FEDERATION INTERNATIONALE DE TAI-JITSU, SELF DEFENSE ET DISCIPLINES ASSOCIEES (F.I.T.J.).

 

Après un certain temps, quelques groupes qui ne s’adaptèrent pas aux évolutions technico-méthodologiques réalisées par Maître HERNAEZ se distancièrent de la ligne officielle du NIHON TAI-JITSU, et il se produit une séparation entre les groupes qui travaillaient un TAI-JITSU plus proche des écoles de KARATE et ceux qui travaillaient un NIHON TAI-JITSU plus proche des écoles de NIHON JU-JITSU. En 1985 cette séparation entre une école et une autre fut reconnue par les maître japonais à Shizuoka (Japon) en différenciant le TAI JITSU du NIHON TAI-JITSU comme des arts martiaux qui à leur origine, comme tant d’autres, eurent un tronc commun mais qui avec le temps ont suivi des chemins différents. Malgré tout la Fédération Internationale essaya de donner une couverture d’organisation à tous ces groupes en maintenant en son sein plusieurs d’entre eux tandis que d’autres décidèrent de créer leurs propres organisations et d’entamer une vie indépendante.

 

En août 1995 l’assemblée de la F.I.T.J. décida de changer la dénomination de la fédération en FEDERATION INTERNATIONALE DE NIHON TAI-JITSU/JU-JUTSU-TAI-JITSU (JUTSU) ET DISCIPLINES ASSOCIEES (F.I.N.T.J.) et en 2008 devant l’incorporation de nouveaux pays la F.I.N.T.J. décida de changer à nouveau sa dénomination pour celle de FEDERATION MONDIALE DE NIHON TAI-JITSU/JU-JUTSU-TAI-JITSU(JUTSU) ET DISCIPLINES ASSOCIEES (FM.NI.TAI).

 

Le NIHON TAI-JITSU est reconnu par la KOKUSAI BUDOIN – Fédération Internationale d’Arts Martiaux, organisme créé au lendemain de la fin de la II Guerre Mondiale et qui fut dirigé par les plus grands Maîtres des différentes disciplines, tels que le Maître Minoru MOCHIZUKI et le Maître Shizuya SATO pour le JU-JITSU, le Maître SUGINO pour le KATORI-SHINTO-RYU et le Maître MIFUNE pour le JUDO. Certains d’entre eux disparurent malheureusement par la suite.

 

Le NIHON TAI-JITSU a aussi été reconnu par la SEIBUKAN ACADEMY ALL JAPAN BUDO FEDERATION de Kioto, qui fut longtemps dirigée par le Maître SUZUKI, 10º dan de karate GOJU-RYU, et aussi par la IFNB (International Federation of Nihon Budo) du Maître Minoru MOCHIZUKI.

 

Le Maître Roland HERNAEZ préside la FM.NI.TAI et est 10º dan SHIHAN HANSHI NIHON TAI-JITSU du SEIBUKAN ACADEMY ALL JAPAN BUDO FEDERATION, le grade le plus élevé au sein du Budo japonais, attribué en reconnaissance des services prêtés au Budo. Il est en plus officiellement 4º dan de judo, 4º dan d’aïkido, 8º dan de karate –jutsu / nihon tai-jitsu, 1º dan de shorinji kempo, et ce qui n’est pas très courant, diplômé d’état 2º grade dans les 3 disciplines judo, aïkido et karaté.

 

Nous retrouvons dans ses paroles ce qui fut l’essence de son travail pour le NIHON TAI-JITSU.

 

"J'ai la fierté aujourd'hui de dire que cette méthode de self-defense, issue du JU-JITSU des samourai est respectée dans le monde entier qui lui reconnaît son efficacité, sa progression, ses principes, sa hiérarchie et aussi son esprit particulier. Les maîtres japonais parmi les plus grands héritiers du BUDO traditionnel, personnalités avec lesquelles je suis en contact direct depuis des années, ont donné à ma méthode le label NIHON (authentiquement japonais) que nos pratiquants arborent avec fierté. Associé avec le NIHON JU-JITSU de la Fédération Internationale des Arts Martiaux notre style est reconnu et apprécié par ces maîtres détenteurs de la reconnaissance impériale japonaise. Le président d'honneur était lui-même l'oncle de l'empereur le prince HIGASHIKUNI. Chaque année les maîtres japonais avec lesquels j'étudie témoignent leur attachement ainsi j'ai eu l'honneur d'être nommé au cours du stage de MUNICH (OCTOBRE 1992) 8ème dan de NIHON JU-JUTSU, plus haut grade décerné dans ce BUDO à un occidental. Ma méthode est avant tout un Art Martial faisant partie du BUDO traditionnel, mais en plus, il s'agit d'une conception particulière de la défense personnelle à la portée de tous, issue du véritable JU-JUTSU, dans la lignée des maîtres KANO, MIFUNE, ITO, KAWAISHI, MOCHIZUKI, SATO, KAWANO. A notre époque de troubles où l'accent est mis sur la compétition il me parait vital pour l'avenir de l'homme de favoriser tout ce qui peut contribuer à l'harmonie et à la paix. Si le NIHON TAI-JITSU tel que je l'ai conçu peut apporter une pierre à cet édifice, ce sera ma meilleure récompense et l'espoir en une vie de progrès."

 

Texte révisé et approuvé par Roland Hernaez. Février 2009.

 

Source : http://www.fmnitai.com/historia_f.htm

 


* Messages récents

post Re : Re : Re : Fédération de Kungfu wushu du Québec , un embryon de plan....
[Québec]
Le singe pratiquant
Aujourd'hui à 03:30:43
post Re : Re : Fédération de Kungfu wushu du Québec , un embryon de plan....
[Québec]
BloodyRoots
Aujourd'hui à 03:25:25
post Re : Fédération de Kungfu wushu du Québec , un embryon de plan....
[Québec]
niveau 2
Aujourd'hui à 00:41:57
post Re : Re : 4 livres sur le taichi
[Littérature]
niveau 2
Aujourd'hui à 00:34:49
post Re : Fédération de Kungfu wushu du Québec , un embryon de plan....
[Québec]
niveau 2
Aujourd'hui à 00:31:19
post Re : Re : Fédération de Kungfu wushu du Québec , un embryon de plan....
[Québec]
BloodyRoots
Aujourd'hui à 00:24:51
post Re : 4 livres sur le taichi
[Littérature]
lsd
Aujourd'hui à 00:16:55
post Re : Fédération de Kungfu wushu du Québec , un embryon de plan....
[Québec]
niveau 2
août 14, 2018, 23:47:38 pm
post Re : Re : Fédération de Kungfu wushu du Québec , un embryon de plan....
[Québec]
Le singe pratiquant
août 14, 2018, 23:25:33 pm
post Re : Re : 4 livres sur le taichi
[Littérature]
niveau 2
août 14, 2018, 18:53:06 pm
post Re : 4 livres sur le taichi
[Littérature]
jumplex
août 14, 2018, 18:45:17 pm
post Re : 4 livres sur le taichi
[Littérature]
niveau 2
août 14, 2018, 18:41:20 pm
post 4 livres sur le taichi
[Littérature]
jumplex
août 14, 2018, 18:09:17 pm
post Re : Fédération de Kungfu wushu du Québec , un embryon de plan....
[Québec]
niveau 2
août 14, 2018, 17:43:33 pm
post Re : pour niveau 2
[Kung fu]
lsd
août 14, 2018, 17:42:50 pm

* Newsletter

S'abonner à la newsletter de Webmartial

Votre email :

Chaque mois, l'actualité des arts martiaux et des sports de combat dans votre email !